5 raisons pour lesquelles l’infertilité augmente

Les problèmes de fertilité chez les femmes en âge de procréer sont de plus en plus fréquents. Découvrez les facteurs qui font que cette population a des difficultés à concevoir.

Ce désir d’enfant peut être satisfait par un traitement hormonal ou d’autres techniques de conception.

La baisse de la fertilité n’est pas un phénomène qui n’affecte que le corps féminin. Les hommes qui peuvent avoir des difficultés à féconder leur partenaire et à améliorer leurs chances de concevoir sont également concernés.

Quels sont les facteurs qui peuvent réduire la fertilité ?

Alors que les femmes sont de plus en plus touchées par l’infertilité, le nombre d’hommes qui ne peuvent pas tomber enceintes augmente. Les raisons qui expliquent l’infertilité masculine, médiatisées par nos confrères de 20 Minutes, sont une diminution de 50 % de la quantité et de la qualité du sperme. Cette évolution s’appuie sur les trente dernières années.

D’autres éléments, tels que les grossesses tardives, le tabagisme, les perturbateurs endocriniens, la consommation de cannabis et certains médicaments, peuvent expliquer pourquoi les hommes et les femmes ne peuvent pas concevoir d’enfants.

Nathalie Massin, responsable du Centre de Procréation Médicalement Assistée, aussi appelé Pma, explique que l’infertilité touche deux partenaires et est toujours le résultat de plusieurs facteurs.

“On sent que ça s’aggrave”, explique le spécialiste de l’infertilité Stéphane Droupy, également auteur de “Demain, tout le monde est stérile ?” Selon la publication de l’Inserm de 2018, 18 à 24 % des couples en France restent sans enfant après un an d’essais contraceptifs.

1 – L’âge de la première grossesse est encore plus tardif

Alors que les hommes peuvent également avoir un effet sur la fécondité, les femmes connaissent également l’âge moyen des mères à la naissance de leur premier enfant. Selon l’Institut national d’études démographiques (INED), il était de 24,7 ans en 1972 et est passé à 28,5 ans en 2017. Si l’âge est le facteur prédominant du potentiel de fécondité, c’est qu’à 25 ans, la probabilité de conception par cycle est de 24 %, alors qu’à 35 ans, elle est de 12 %.

À 40 ans, les chances de tomber enceinte sont de 5 %. Contrairement aux idées reçues, les hommes ont aussi des classes biologiques, même si les hommes ont plus de chances d’avoir un enfant plus âgé que les femmes. Stéphane Droupy explique que lors du diagnostic de stérilité, les hommes ignorent les facteurs qui peuvent empêcher la naissance d’un enfant. Il a témoigné : “Ils me disent : ‘Il n’y a pas de problème avec ma famille.’ On a gardé l’idée que la fécondité se transmet de père en fils. »

2 – Les maladies peuvent aussi conduire à la procréation assistée

L’infertilité peut être causée par des facteurs génétiques, mais elle peut être causée par certaines maladies. Lorsqu’un couple considère qu’il existe un risque d’infertilité, les médecins peuvent demander un certain nombre d’examens médicaux, car certaines pathologies peuvent réduire les chances de concevoir. Chez les femmes, l’endométriose, une maladie qui touche une femme sur 10, et le syndrome des ovaires polykystiques, qui touche la même population féminine. 50% des femmes qui ont des difficultés à accoucher peuvent être concernées par une ovulation irrégulière ou inexistante.

3 – Si vous souhaitez tomber enceinte, il est préférable d’éviter certains médicaments

Nathalie Massin, médecin de la reproduction et présidente de la Société de médecine de la reproduction, explique que certains médicaments peuvent affecter les chances de concevoir. Lors de l’utilisation de ces traitements potentiellement nocifs pour la grossesse, il est également recommandé de trouver une solution pour maintenir la fertilité. Le spécialiste souligne que des médicaments plus nocifs, comme ceux qui préviennent la chute des cheveux ou soignent certaines maladies rhumatismales, peuvent affecter la fertilité du couple.

5 – Le mode de vie joue un rôle dans les hormones

D’autres causes exogènes peuvent affecter la fertilité des femmes, mais aussi leur état de santé général, à savoir le tabac et le cannabis. Nathalie Massin explique que les embryons des fumeurs se développent plus lentement et que leur taux de fécondation est inférieur à celui des non-fumeurs. L’alimentation joue également un rôle dans la capacité d’avoir un enfant. L’expert rappelle une étude américaine qui montre que la consommation de sucre raffiné a un effet sur l’implantation des embryons dans le cas de la FIV, plus précisément de la fécondation in vitro. “C’est la même proportion de fumeurs”, prévient-il.

4 – Les causes de l’environnement modifient la fécondité des femmes

Cette infertilité n’est pas seulement le résultat de facteurs endogènes, comme l’hérédité, mais aussi d’autres causes issues de notre environnement peuvent influer sur le nombre de naissances. Nathalie Massin précise que les perturbateurs endocriniens ont également un rôle dans la réduction de la fertilité, ce qui peut avoir un impact aussi bien sur les hommes que sur les femmes, bien que cela soit difficile à prouver. Ces produits chimiques d’origine naturelle ou artificielle se retrouvent dans les aliments, les emballages, mais aussi les cosmétiques et peuvent être responsables de déséquilibres hormonaux et, directement, de la fonction reproductrice.

Le spécialiste rappelle que la pollution n’est pas négligée. “Une grande étude américaine montre que plus les gens vivent près d’une grande artère très circulante, plus ils souffrent de problèmes d’infertilité”, a déclaré l’expert. De plus, il existe de merveilleuses raisons qui peuvent empêcher une femme de tomber enceinte.

Quelles sont les autres causes d’infertilité chez la femme ?

Revu par le Dr. Jacques Allard, médecin généraliste, d’autres raisons affectent la capacité d’une femme à concevoir. Comme les facteurs environnementaux et pathologiques, ils peuvent varier. Comme déjà mentionné, l’infertilité peut être causée par un trouble de l’ovulation appelé anovulation. Cela empêche la production d’ovocytes et donc la naissance. Les trompes de Fallope peuvent se boucher à cause de la salpingite, une maladie inflammatoire de cette zone du système reproducteur. Les troubles thyroïdiens et l’hyperprolactinémie peuvent également affecter la fertilité féminine.

Leave a Comment

%d bloggers like this: