Anémie : causes, symptômes et traitement

L’anémie est fréquente. Connaissez-vous bien ce problème de santé ? Ses causes ? Ses symptômes ? Différentes anémies ? Et son traitement ?

L’anémie se caractérise réduction du nombre de globules rouges dans le sang et donc le taux d’hémoglobine. L’hémoglobine est une protéine présente dans les globules rouges. C’est elle qui leur permet de transporter l’oxygène des poumons vers tout le corps. À mesure que le nombre de globules rouges diminue, la quantité d’oxygène transportée par le sang diminue également. Les tissus du corps en manqueront alors et les premiers symptômes d’anémie apparaîtront.

Sur le même sujet

Signes d’anémie

Les symptômes de l’anémie varient selon sa gravité.

Pour les personnes qui souffrentanémie légère à modéréeils n’auront pas aucun symptôme ou juste effort. Alors que ceux qui souffrent d’une forme plus sévère d’anémie, ils auront des symptômes au repos.

Les premiers symptômes sont généralement fatigue associée à des sentiments de faiblesse et de pâleurqui est le plus souvent observée dans la région des yeux (paupière inférieure blanche ou œil interne blanc).

Dans la forme la plus sévère, d’autres symptômes peuvent s’ajouter : somnolence, essoufflement à l’effort, crampes musculaires, malaise, maux de tête, vertiges, acouphènes lancinants, chute des cheveux et ongles cassants, aménorrhée (absence de menstruations), transpiration, soif, palpitations ou des douleurs thoraciques, des problèmes de mémoire, un manque de motivation, une faible libido, des selles noires et goudronneuses, du sang dans les urines ou les selles, une toux sanglante, etc.

Diagnostic

Comment sais-tu que tu es anémique ? Parles-en d’abord à ton médecin. Cela continuera à interrogatoire dans les situations suivantes évaluer vos antécédents médicaux (personnels et familiaux), vos symptômes et les éventuels facteurs de risque. Ils recourent alors à examen clinique complet Recherchez des symptômes physiques tels que la pâleur.

Votre médecin vous prescrira alors un test de référence pour une prise de sang, ET numération globulaire complète (NFS) également appelé numération globulaire complète. Ce test sanguin permet de mesurer plusieurs éléments du sang pour déterminer le type d’anémie.

Numération des globules rouges : En temps normal, les globules rouges doivent être entre 4,6 et 6 millions par mm3 de sang chez l’hommeet entre 4 et 5,4 millions chez les femmes.

Taux d’hémoglobine :

  • Nouveau-né : <135 g/l
  • A 6 mois : <95 g/l
  • A 12 ans : <115 g/l
  • Femme adulte : <120 g/l
  • Femme enceinte (3e trimestre) : <110 g/l
  • Hommes adultes : <130 g/l
  • Hommes > 70 ans : <125 g/l
  • Femme > 70 ans : <115 g/l

Réticulocytose : c’est la production de réticulocytes, c’est-à-dire de jeunes globules rouges encore immatures. Si leur production augmente (> 100 000/mm3), il faudraanémie périphérique régénérative. Comprenez ici que les globules rouges sont détruits en dehors de la moelle osseuse, et donc il y a une forte activité pour les régénérer. Si leur production diminue (<100 000/mm3), il faudraanémie centrale non régénérative. Comprenez ici qu’il y a un manque de globules rouges dans le sang, car il y a une faible activité pour les régénérer dans la moelle osseuse, c’est à dire une diminution des réticulocytes.

Volume corpusculaire moyen (MCV) : correspond à la taille des globules rouges, c’est un des critères de base pour connaître le type d’anémie. Le MCV est normalement compris entre 80 et 100 µm3, c’est-à-dire normocytaire. Si elle est > 100 µm3, l’anémie sera de type macrocytaire. S’il est < 100 µm3, l'anémie sera de type microcytaire.

Concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (MCHC) : c’est la quantité d’hémoglobine présente dans 100 ml de globules rouges libérés du plasma. Sa valeur normale est d’environ 1,32g/ml. Si le MCHC est normal, elle souffrira d’anémie caractère normochrome c’est-à-dire que les globules rouges ont les couleurs habituelles. Et si le MCHC diminue, l’anémie survient caractère hypochrome cela signifie que les globules rouges seront plus légers que la normale.

Si votre médecin suspecte une anémie ferriprive, il prescrira également ET test de ferritine (une protéine qui stocke le fer). Cette dose reflète les réserves de fer dans le corps. Le niveau normal de ferritine est entre 20 et 40 ng/ml.

Enfin, sachez-le L’anémie n’est pas un diagnostic ! C’est un discourspathologie de base. Par conséquent, même une anémie modérée et asymptomatique doit être étudiée afin de trouver et de traiter le problème à la racine.

Différents types d’anémie

Sur la base des analyses effectuées, plusieurs types d’anémie sont distingués. Elles sont regroupées en deux grandes familles d’anémies : anémie centrale et périphérique.

Nous distinguons anémie centrale production insuffisante de globules rouges et d’hémoglobine de la moelle osseuse. Parmi eux, 3 types d’anémie sont caractérisés :

  • Anémie microcytaire et hypochrome, non régénérative : la plus courante est l’anémie ferriprive anémie ferriprive ou anémie ferriprive. Vous pouvez également trouver et anémie inflammatoire due à une inflammation chronique ou à une anémie provenant d’une maladie génétique.
  • Anémie normocytaire, normochrome et non régénérative : ils causent des maladies de la moelle osseuse.
  • Anémie macrocytaire et non régénérative : on retrouve surtout anémie due à une carence en vitamine B12 ou B9 (acide folique). On parle souvent deAnémie de Biermer pour les personnes âgées, en particulier les femmes dont le tube digestif présente un trouble de l’absorption de la vitamine B12.

Au contraire, v anémie périphériquela moelle osseuse produit normalement des globules rouges. L’anémie est alors causée par une perte de sang excessive ou la destruction des globules rouges (hémolyse). On parle deanémie normocytaire régénérativeavec ou encorel’anémie hémolytique :

  • Anémie hémolytique corpusculaire : l’hémolyse est causée par une anomalie des globules rouges. Certaines maladies congénitales provoquent ces anomalies dans les éléments de base des globules rouges (membrane, enzyme, hémoglobine), comme. drépanocytose aussi appelé drépanocytose ou la thalassémie.
  • Anémie hémolytique extracorpusculaire : l’hémolyse est causée par une anomalie des globules rouges à l’extérieur du corps. Les globules rouges peuvent être détruits par des anticorps (maladies auto-immunes) ou des médicaments toxiques, lors d’hémorragies aiguës ou dans certains organes malades comme le foie et la rate.

causes

Les principales causes d’anémie sont :

  • Carence en fer : peut résulter saignement chronique visible au niveau gynécologique comme des menstruations abondantes ou invisible au niveau digestif associé à un ulcère ou un polype. Un apport alimentaire insuffisant peut également en être la cause. Alternativement, le fer dans le tube digestif peut être mal absorbé en raison de la maladie coeliaque ou de l’intolérance au gluten.
  • Carence en vitamine B12 : le plus souvent associé à une malabsorption de la vitamine B12 au niveau du tractus gastro-intestinal en cas d’anémie de Biermer. Cela peut également se produire avec un régime végétarien ou végétalien très strict. Enfin, on l’observe dans certaines maladies inflammatoires de l’intestin ou maladie coeliaque.
  • Carence en vitamine B9 : est très souvent causée par une alimentation déséquilibrée et pauvre en légumes verts. Une carence en vitamine B9 peut également être observée en fin de grossesse car le besoin est plus important. Enfin, elle survient à nouveau dans certaines maladies inflammatoires de l’intestin ou la maladie coeliaque.
  • Saignement aigu : Des saignements abondants entraîneront une perte importante de globules rouges provoquant une anémie.
  • Diverses maladies : L’anémie peut être causée par de nombreuses maladies, que ce soit une maladie de la moelle osseuse (leucémie), des maladies auto-immunes, des maladies héréditaires ou encore des maladies chroniques et inflammatoires.

Thérapie

Le traitement de l’anémie varie selon le type d’anémie et donc sa cause. Dans certains cas il n’existe pas de traitement spécifique (drépanocytose et thalassémie) et dans d’autres la maladie qui la provoque doit être traitée en amont.

Traitement par corticoïdes ou immunosuppresseurs réduira la réponse des anticorps contre les globules rouges dans les maladies auto-immunes.

Injection d’érythropoïétine (ou EPO)Une hormone qui stimule la production de globules rouges peut aider à lutter contre les maladies rénales chroniques.

Pour carence en fer, la supplémentation en fer est réalisée par voie orale pendant au moins 3 mois (comprimés enfants ou sirop). Si le traitement oral a échoué ou si une maladie inflammatoire de l’intestin est survenue, une perfusion par voie intraveineuse. Dans de rares cas, une transfusion sanguine peut survenir.

Pour carence en vitamine B12supplémentation en vitamines injections intramusculaires est réalisée en cas d’anémie de Biermer. Pour d’autres raisons, le traitement repose sur l’utilisation orale de comprimés ou de biberons.

Pour carence en vitamine B9il faudra dansajustez votre alimentation en consommant des aliments riches en folate. Cependant, votre médecin peut vous prescrire comprimés d’acide folique. Une supplémentation est automatiquement fournie aux femmes enceintes pendant le suivi de la grossesse.

Facteurs de risque d’anémie

Elles sont diverses et spécifiques à certains types d’anémies :

  • sexe : les femmes pré-ménopausées qui ont des règles abondantes, ainsi que les femmes enceintes et allaitantes dont les besoins en fer augmentent.
  • âge : Chez les nourrissons en croissance, les enfants et les adolescents qui ont un besoin accru en fer. Et aussi les personnes âgées qui tolèrent mal l’anémie.
  • Origine ethnique : Les personnes originaires d’Afrique, d’Inde ou du Moyen-Orient sont les plus touchées par la drépanocytose.
  • Habitudes alimentaires : Une alimentation trop stricte et restrictive peut entraîner des carences. alcoolisme il augmente également le risque d’anémie due à une carence en vitamine B9.
  • Certains médicaments : L’aspirine ou les médicaments anti-inflammatoires peuvent provoquer des saignements gastriques.
  • Certaines maladies : les pathologies inflammatoires chroniques, les affections rhumatismales ou les maladies de la moelle osseuse prédisposent à l’anémie.

Que manger si vous souffrez d’anémie ?

Si vous souffrez d’anémie due à une carence en fer, une alimentation équilibrée avec des aliments riches en fer peut vous aider. Mais veillez à distinguer les deux types de fer qui ne sont pas également assimilés dans le corps.

fer héminique est la plus intéressante, est assimilée par l’organisme à hauteur de 25% et se situe exclusivement dans Produits animaux. Il convient donc de privilégier les viandes et notamment les viandes rouges, volailles, poissons et fruits de mer.

Au contraire, fer non hémique est situé dans produits végétaux et dans les œufs. Il n’est assimilé qu’à 5% dans l’organisme. Les aliments qui en contiennent le plus sont le cacao, le persil et les légumineuses (lentilles, pois, haricots, etc.).

Pour aider à absorber le fer non hémique, vitamine C alors il sera votre meilleur allié. Orange, citron, kiwi, pamplemousse… se consomment donc sans modération.

Par contre, soyez prudent lorsque vous buvez du thé et du café, surtout si vous les mangez à proximité des aliments. Les tanins qu’ils contiennent modifient l’assimilation du fer non héminique.

Sources:

A lire aussi :

Widget de chargement

Abonnez-vous à la newsletter Top Santé et recevez gratuitement les dernières actualités

Leave a Comment

%d bloggers like this: