Causes et conditions externes de la maladie et de la santé

L’épidémiologiste environnemental Rémy Slama étudie l’impact des contaminants environnementaux (polluants atmosphériques, perturbateurs endocriniens, exposom) sur la santé humaine, notamment en lien avec une exposition précoce.

Les maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, neurodégénératives, etc.) sont aujourd’hui la première cause de décès en Europe, malgré le poids des épidémies. Les maladies chroniques sont souvent perçues comme des phénomènes internes au corps qui peuvent être guéris ; Le cours introduira l’approche complémentaire de la maladie en tant que phénomène externe et qu’il peut être
averti. L’enseignement au Rémy Slama Collège de France insistera sur une image complémentaire de la maladie en tant que phénomène externe évitable. Rémy Slama suivra l’émergence de la recherche en santé environnementale. Il portera notamment sur des familles de composés chimiques nocifs pour notre santé (plomb, particules en suspension dans l’air) puis sur des facteurs de connaissances récentes, comme certains perturbateurs endocriniens, comme le bisphénol A.

Directeur de recherche à l’Inserm, dirige l’Institut thématique de santé publique et l’équipe d’épidémiologie environnementale de l’Institut de développement des sciences biologiques (Inserm, CNRS, Université Grenoble-Alpes). Il est docteur en épidémiologie de l’Université Paris-Sud, polytechnique et ingénieur agronome. Il a dirigé le Conseil scientifique du programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens et co-écrit un rapport au Parlement européen sur les effets et la réglementation de ces substances. Il est co-auteur d’une centaine de publications scientifiques et de l’ouvrage Le Mal du hors, l’impact de l’environnement sur la santé (Quae, 2022). Il a remporté le prix Tony McMichael de l’International Society of
Épidémiologie environnementale.

Il est invité à rejoindre la Chaire Santé Publique pour 2021-2022, chaire créée en collaboration avec l’Agence Nationale de Santé Publique Santé Publique France.

Rémy Slama donnera sa leçon inaugurale intitulée Causes et conditions externes de la maladie et de la santé le 31 mars 2022. Son cycle de huit cours sur la santé humaine et les relations environnementales dans l’Anthropocène débutera le 6 avril 2022. Son colloque Changement climatique, Biodiversité , Santé humaine et société : Menaces, opportunités et besoins de recherche aura lieu les 16 et 17 juin 2022.

Schématiquement, on peut dire que l’anthropocène, qui peut débuter avec la révolution industrielle à la fin du XVIIIe siècle en Europe, représente un tournant. Avant le XIXe siècle, la plupart des causes de décès étaient associées à des agents infectieux et à des famines. Avec la révolution industrielle, nos sociétés en Europe ont connu une transition épidémiologique, dans laquelle nous avons réussi à contrôler fortement les maladies infectieuses. L’espérance de vie a augmenté et les maladies chroniques, telles que les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives ou le cancer, sont devenues les principales causes de décès. La recherche en santé environnementale s’intéresse en quelque sorte aux causes plus lointaines de ces maladies, les causes de décès. Ils prennent la forme de facteurs physiques, chimiques, comportementaux, sociaux et, à ce jour, infectieux, bien que ceux-ci ne soient plus des contributeurs majeurs. Tout cela est un exposom, un concept auquel les scientifiques réfléchissent depuis quinze ans. Indique toutes les expositions environnementales que nous subissons de la conception à la fin de la vie.. » Rémy Paille.

Cette citation est extraite de son interview exclusive Combattre le changement climatique est une opportunité pour améliorer la santé, que vous retrouverez sur le site du Collège de France avec son programme d’enseignement mais aussi avec sa biographie.

Nous avons le plaisir d’accueillir Rémy Slam en tant que chercheur invité au Département de santé publique du Collège de France, après Arnaud Fontanet et Didier Fassin. Les problématiques qu’elle aborde aujourd’hui répondent aux multiples inquiétudes de nos concitoyens concernant les polluants de l’environnement, auxquels il importe d’apporter des réponses scientifiques précises, dans un domaine en pleine expansion et nécessitant une meilleure information du public en vue de la prévention et de la réduction des risques et des capacités de recherche à la hauteur des enjeux. Je me réjouis que cette chaire, créée en collaboration avec l’Agence française de santé publique, puisse se pencher sur ces questions et aider nos auditeurs, mais aussi les médias et les décideurs, à mieux comprendre les facteurs qui leur sont propres, parfois moins évidents maladies telles que notre comportement ou notre exposition aux produits chimiques et aux polluants environnementaux. “Prof. Thomas Römer, administrateur du Collège de France.

Pour la troisième fois, Santé Publique France est fière de soutenir la Chaire de Santé Publique du Collège de France. La récente pandémie a montré à quel point il est crucial de développer une culture de santé publique en France et de créer une « puissance » d’expertise et d’interventions de santé publique en routine comme en temps de crise. Cela nécessite un développement de la formation de manière très volontariste, et l’enseignement diffusé au Collège de France y contribue pleinement. Le sujet que Remy Slama enseigne cette année est au cœur des intérêts des citoyens et de notre travail. Il illustre parfaitement la continuité entre la recherche et l’enseignement en épidémiologie pour le développement de la prévention au sein des enjeux de santé publique. La culture de réduction des risques repose donc sur une action collective au niveau le plus pertinent (civique, institutionnel, politique). La connaissance est la base de base pour que chaque citoyen partage sa santé.. » Pr Geneviève Chêne, directrice générale de la santé publique en France.

Les événements du Collège de France sont gratuits et ouverts au public, sans inscription préalable. En raison de l’affluence, nous demandons aux représentants de la presse et des médias de réserver leur place à presse@college-de-france.fr

À propos de la Direction de la santé publique

La Chaire Santé Publique, créée en collaboration avec Santé Publique France, a pour vocation de promouvoir l’excellence de la recherche et du débat intellectuel au plus haut niveau sur les questions de santé publique, et notamment de sensibiliser les acteurs médicaux et la communauté scientifique, les décideurs et le grand public en invitant chaque année une personnalité différente au Bureau.

A propos de l’Agence nationale de santé publique de France

Santé publique France répond au besoin de disposer d’un centre de référence et de formation en santé publique en France. Notre mission est d’améliorer et de protéger la santé de la population sur la base d’une continuité entre la connaissance et l’action. Il est chargé de la surveillance continue de l’état de santé de la population et de son évolution pour informer sur l’élaboration et l’évaluation des politiques d’amélioration et de protection de la santé. Nos activités intègrent depuis longtemps les grands enjeux de santé publique, de la protection contre les menaces (notamment les risques infectieux, les risques environnementaux, etc.) à l’amélioration de la santé (déterminants de la santé, prévention, promotion de la santé et réduction du fardeau des maladies chroniques, inégalités sociales et territoriales, etc.). ). Santé Publique France est un établissement public sous tutelle du Ministère des Solidarités et de la Santé.

Le Collège de France

Depuis 1530, le Collège de France a une double mission : être le lieu des recherches les plus audacieuses et en même temps le lieu de l’enseignement. Il enseigne ainsi à tous les publics intéressés, sans aucune condition d’inscription, « des connaissances en voie de formation dans tous les domaines de la littérature, de la science ou de l’art ». Le Collège de France est membre associé de l’Université PSL

Leave a Comment

%d bloggers like this: