définition, causes, symptômes et traitement

Publié le

en coopération avec

Jean-Claude Deharo (cardiologue)

Avec une maladie cardiaque ou rénale grave, le gonflement peut affecter tout le corps. Le Dr Jean-Claude Deharo, cardiologue à l’hôpital La Timone de Marseille, explique l’origine du phénomène et son traitement.

Anasarque, qu’est-ce que c’est exactement ?

L’anasarque est un œdème généralisé correspondant à une rétention d’eau dans les tissus interstitiels. Elle peut survenir avec une insuffisance cardiaque, puis un gonflement des membres inférieurs appelé œdème. Dans les cas extrêmes de pathologies très avancées, l’œdème peut se généraliser. Elle affecte non seulement les membres inférieurs, mais aussi l’abdomen ou la plèvre. L’anasarque est un signe d’insuffisance cardiaque grave, qui peut parfois indiquer une évolution terminale de la maladie cardiaque.

Les autres causes d’anasarque peuvent être rénales ou hépatiques. L’anasarque peut être secondaire à d’autres étiologies, comme la prééclampsie chez la femme enceinte, l’hypoalbuminémie (malnutrition, malabsorption, etc.) ou encore être associée à l’utilisation de certains médicaments (corticoïdes, AINS, inhibiteurs calciques, IEC). qui sera généralement source d’œdème localisé au niveau des membres inférieurs. “Anasarque se fait de plus en plus rarerassure le Dr Jean-Claude Deharo, cardiologue. Les patients insuffisants cardiaques ou rénaux sont désormais étroitement surveillés“.

Dans l’insuffisance cardiaque, une diminution du débit cardiaque entraîne une augmentation de la pression (le cœur pompe moins bien), qui se manifeste par un gonflement.

En cas d’insuffisance rénale, une inflammation interstitielle se produit, provoquant une réabsorption rénale excessive de sodium et d’eau. Ce liquide s’accumule dans les tissus.

Dans tous les cas, il est conseillé de consulter votre médecin dès que possible.

Quels sont les symptômes de l’anasarka ?

L’anasarque s’accompagne d’une prise de poids importante, inhabituelle, inexpliquée et soudaine. Souvent plus de 10 kilos en seulement 15 jours. L’abdomen est extrêmement serré et dilaté. Le patient n’a pas de fièvre, mais a des difficultés à respirer en raison d’un épanchement pleural. L’œdème est doux, indolore et blanc. Maintient la marque du doigt lorsqu’il est pressé. “L’ascite tombe dans la table anasarkadit le cardiologue. Les autres signes cliniques (hépatomégalie, ictère) correspondent à d’autres conséquences de l’insuffisance cardiaque ou à une cause d’origine hépatique“.

Que sont les épanchements pleuraux et les épanchements de péricardite ?

L’épanchement pleural correspond à la présence d’une quantité anormale de liquide entre deux couches pleurales (médiastinale et pariétale) ; l’épanchement péricardique correspond à la présence d’une quantité anormale de liquide entre les deux feuillets péricardiques. Dans le cas de l’anasarka, les deux sont possibles.

L’anasarque est déterminée exclusivement par l’examen clinique (observation de la prise de poids, présence d’œdème généralisé, pression de l’œdème tactile, vérification de l’anamnèse). Le médecin tentera d’identifier la présence d’un ictère, qui peut révéler un trouble hépatique, et occultera également le cœur et les poumons.

En cas d’insuffisance rénale, il sera nécessaire de réaliser un examen biologique du sang (créatininémie, protéines, ionogramme) et des urines (notamment protéinurie) ainsi qu’un examen échographique des voies urinaires. “Des anomalies biologiques peuvent effectivement conduire à un bilan étiologique (BNP en cas d’origine cardiaque, créatinine en cas d’origine rénale, cytolyse hépatique avec anomalie de la coagulation en cas d’insuffisance hépatique, etc.)“, ajoute un spécialiste.

En cas de suspicion ou d’anamnèse de maladie cardiaque, une échographie du cœur sera réalisée pour mettre en évidence l’anomalie structurelle cardiaque (maladie des valves, dysfonction ventriculaire gauche, etc.).

Le traitement consiste principalement à traiter la cause de l’anasarque.

Ensuite, en cas de maladie cardiaque, le patient recevra des diurétiques pendant au moins une semaine à fortes doses par voie intraveineuse, ce qui nécessite une hospitalisation de 7 jours en moyenne. Le patient peut uriner 7 à 8 litres par jour pendant 72 heures. Un traitement urgent conduit à une amélioration rapide. La durée du traitement dépend de l’état initial du patient et surtout de l’importance de l’anasarque. “Ce sont des diurétiques de l’anse qui agissent sur la branche ascendante de l’anse de Henléexplique le cardiologue. Ils peuvent être associés à des diurétiques distaux tels que les thiazidiques ou les anti-aldostérones, permettant à ces différents diurétiques d’agir en synergie. La réduction des apports en sodium est également essentielle à la prise en charge thérapeutique“Les diurétiques permettent une perte de poids secondaire à l’élimination du volume cellulaire en excès. Le dosage des diurétiques doit être ajusté pour ne pas dépasser l’effet recherché.”Le même traitement sera utilisé en cas d’insuffisance rénaledit le Dr Jean-Claude Deharo. Cependant, une hémofiltration est parfois effectuée pour éliminer l’eau et le sel accumulés.“.

Si la cause de l’anasarka est un médicament, les médicaments qui ont provoqué le gonflement seront remplacés par d’autres.

En cas de cirrhose ou de syndrome néphrotique, le sodium est réduit. Les sels de potassium seront remplacés par des sels de sodium.

.

Leave a Comment