Ils vivent à Bordeaux depuis plus de 90 ans et ont opté pour la colocation plutôt que pour les EHPAD

René Ors, 92 ans, vivant en colocation senior à Pessac
Distribution alimentaire du jour avec René Ors, 92 ans, résident en colocation senior à Pessac (Gironde) (© Nathan Tacchi / Actu.fr)

mardi 31 mai 2022, v Pessac (Gironde), comme tous les jours à midi, les locataires de l’immeuble se retrouveront pour déjeuner ensemble. Aujourd’hui au menu : poisson pané, ratatouille et riz.

Sept personnes âgées de 88 à 90 ans vivent dans cet habitat – et non là où elles vivent “chez elles”, explique Laura.

Cet assistant de coordination travaille au quotidien avec ces personnes âgées. C’est elle et sa stagiaire, Dounia, qui ont préparé la nourriture. Il veille en permanence au bien-être des habitants. « Y a-t-il assez de sauce, monsieur ? » ; « Es-tu sûr d’avoir assez de riz ? demande une jeune femme.

Ici, contrairement maison de repos, les menus ne sont pas imposés. Tous les lundis midi, les colocataires planifient les repas de la semaine, et la coordinatrice et sa petite équipe s’organisent pour que les colocataires mangent ce qu’ils veulent afin que les menus soient équilibrés et adaptés à chacun de leurs régimes spécifiques.

“Nous sommes bien ici, et ils sont tous très amicaux.”

René Ors (92) habite cette colocation depuis quelques mois. Quand cet ancien professeur de musique et ancien directeur général de Chambourcy raconte son expérience de la colocation, un mot lui vient à l’esprit : « Liberté. Ici chacun fait ce qu’il veut ! “, scande-t-il.

Avec un verre de vin rouge à la main, il se tourne vers ses amis et crie : « Nous allons bien ici et tout le monde est très amical.

Jean de Miramon, co-fondateur de Domani, qui gère l’espace, souligne : « Le groupe améliore la relation entre seniors à taille humaine, car il est beaucoup plus facile de s’y retrouver à sept qu’en Ehpad. avec une centaine d’habitants. Mais un petit groupe permet aussi aux soignants professionnels de mieux les connaître. Nous vivons un mode de vie très familial. »

Vidéos : actuellement sur Act

Il n’y a qu’un seul habitat en Gironde comparable à cet habitat : le Domaine Monrepos à Libourne, qui a ouvert en 2020. Pourtant, le marché est porteur et la demande de colocation pour personnes âgées est croissante. Alors qu’en 2019 on comptait 13,4 millions de personnes âgées de 60 ans et plus, en 2050, selon l’INSEE, ce devrait être 21,9 millions de seniors sur une population de 74 millions.

Sur cette tendance, Domani tente d’en ouvrir une centaine d’ici 2026.

Présence sept jours sur sept, 24 heures sur 24

René n’a pas décidé de venir ici. Son fils lui a inspiré l’idée : “Cela fait dix ans que ma femme est morte et je vis seul”, explique-t-il.

Inutile de dire que le cadre est rassurant. Bien qu’il se promène, comme d’habitude l’après-midi, il est toujours équipé de son bracelet pour une téléassistance. S’il y a un problème, appuyez simplement dessus et les coordinateurs apparaîtront.

L’habitat partagé est surveillé 7j/7, 24h/24, la coordinatrice Gaëlle avec Laura et Dounia est présente en journée de 8h à 18h, et en début de soirée elle prend en charge la fonction d’auxiliaire de vie jusqu’à 20h. ‘l’horloge.

Le soir, en plus d’une téléassistance permanente, nous gérons un appartement en colocation dans l’immeuble avec une assistante de vie étudiante et une infirmière du CHJ. En échange d’une réduction de loyer de 250 euros, les équipes de nuit alternent. Il doit aussi passer un week-end par mois avec les personnes âgées, c’est un week-end intergénérationnel.

Jean de MiramonCo-fondateur Domani

D’un point de vue médical, les seniors voient un ou un infirmier se déplacer dans leur chambre en moyenne deux fois par jour, selon le profil.

Un bon compromis pour ces personnes âgées, qui, comme 80% des personnes de plus de 85 ans, restent autonomes et n’ont pas besoin d’unités de soins particulières, selon le ministère des Solidarités et de la Santé.

Le sport pour créer des liens entre les habitants

Normalement, les locataires ne se réunissent que pour la nourriture. Mais à l’occasion de certains ateliers ils peuvent se rencontrer. Comme ce mardi de 16h30 à 17h15. Ils font des exercices sportifs personnalisés pendant quarante-cinq minutes afin de ne pas tomber dans l’addiction et l’isolement. Baptiste Barbot, entraîneur sportif de l’association Siel Bleu, réalise de beaux exercices de gymnastique.

Il faut maintenir une activité physique régulière, surtout à cet âge pour essayer de travailler l’équilibre, pour améliorer ses capacités physiques. Nous essayons de retarder les maladies cardiovasculaires et la dégénérescence.

Baptiste Barbot
Ici au centre de Baptiste x montre des exercices sportifs aux colocataires.
Ici au centre de Baptiste Barbot montre des exercices sportifs aux colocataires. (© Nathan Tacchi / Actu.fr)

Au début, il montre quelques exercices d’échauffement courants. Puis Jacquotte et Rolande, deux athlètes d’aujourd’hui, s’essayeront à des exercices de coordination. “Le sport est une légèreté du quotidien, on travaille l’autonomie, la dextérité et la dextérité. Par exemple, l’autonomie améliore la coordination.”

Entre 1500 et 1600 euros par mois

Pour les locataires, les frais sont divisés en trois parties. La part du loyer, qui est d’un peu moins de 1000 euros. Encore 220 euros pour les repas quotidiens et les petites dépenses et le dernier pour les services personnels, qui avec divers dégrèvements fiscaux atteignent environ 300 euros.

Au total, ce chantier coûte à chaque habitant entre 1 500 et 1 600 euros par mois. Légèrement en dessous de la moyenne girondine de 1 891 € par mois en Ephad et loin des prix moyens à Bordeaux qui atteignent 2 100 € par mois selon l’Observatoire Cap Retraite 2017.

Combien de temps resteront-ils ? Tant qu’ils le souhaitent, cependant, les départs sont motivés par des maladies neurodégénératives qui nécessitent une surveillance plus étroite et compliquent la vie en petit groupe.

Comme quoi, les colocations ne sont pas réservées qu’aux étudiants !

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez regarder Actu Bordeaux dans l’espace My Actu. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.

Leave a Comment

%d bloggers like this: