Le CAC40 a perdu près de 3%

TENDANCE

La reprise des bénéfices a fait chuter le CAC40 de 2,83% à 6 207 points jeudi, un jour après une hausse de 7% qui a effacé une grande partie de la forte baisse de ces derniers jours. Les inquiétudes concernant la guerre en Ukraine, les prix de l’énergie, l’inflation, les taux d’intérêt et la croissance économique sont loin d’être terminées : Goldman Sachs s’attend à une baisse du PIB de la zone euro au deuxième trimestre. À la suite de la guerre en Ukraine, la banque d’investissement américaine affirme que la production économique de la zone euro chutera d’ici trois mois à fin juin, tandis que l’inflation devrait grimper à 8% …
Les pourparlers russo-ukrainiens d’aujourd’hui à Antalya, en Turquie, n’ont pas progressé dans le cessez-le-feu, a déclaré le ministre ukrainien Dmytro Kuleba, mais a déclaré qu’il était prêt pour une autre réunion dans ce format. La Russie considère que les livraisons d’armes alliées à l’Ukraine sont dangereuses, mais Moscou veut poursuivre les négociations. Hier, les opérateurs avaient quelques espoirs en vue de la rencontre entre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue ukrainien Dmytr Kuleba.

ECO ET DEVISES

La BCE a annoncé jeudi qu’elle allait “accélérer le retrait de ses mesures de soutien face à la flambée de l’inflation”. Ses achats d’obligations sur les marchés dans le cadre du programme d’achat d’actifs APP passeront de 40 milliards d’euros en avril à 30 milliards en mai et 20 milliards en juin, avec pour objectif de s’arrêter complètement au cours du troisième trimestre. La BCE a également réaffirmé son intention de mettre définitivement fin aux achats d’obligations de fin de mois dans le cadre du Programme d’achat d’urgence en cas de pandémie (PEPP), lancé en mars 2020. Les taux directeurs restent inchangés à -0,5 % pour le taux de dépôt et à zéro pour le taux de refinancement. La BCE prévoit désormais une inflation dans la zone euro en 2022 à 5,1%, contre 3,2% attendu en décembre.

La présidente de l’institution, Christine Lagarde, a indiqué que tous les scénarios envisagent encore une baisse progressive de l’inflation… Lagarde estime que les tensions sur les prix alimentaires vont se poursuivre, mais les prix de l’énergie devraient faiblir. Les risques associés aux perspectives économiques se sont accrus. Les risques entourant les perspectives d’inflation sont à la hausse dans un avenir proche. Pourtant, les bilans des banques restent sains… Lagarde confirme sa volonté de normalisation cette année et se montre prudente. Comme la Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne voit sa tâche de resserrer sa politique monétaire par cette crise, alors que l’inflation dans la zone euro s’est accélérée à 5,8 % en février. Aux États-Unis, l’accélération de l’inflation devrait confirmer l’intention de la Fed de relever ses taux directeurs à la fin des 15 et 16 mars.

Selon un rapport gouvernemental du jour aux USA, l’inflation aux USA a atteint le niveau de 7,9%, soit le plus haut depuis janvier 1982, avant même les effets de la crise russo-ukrainienne ! L’indice des prix à la consommation de février 2022 a ainsi augmenté de 0,8% par rapport au mois précédent, contre 0,7% dans le consensus et 0,6% rapporté un mois plus tôt. Par rapport à l’année dernière, l’IPC a augmenté de 7,9 %, ce qui est conforme aux attentes du marché.
Comme attendu, l’indice des prix à la consommation hors alimentation et énergie a augmenté de 0,5% par rapport à janvier et de 6,4% sur l’année.
Le pétrole remontera à 114 dollars le baril ce soir. L’euro pointe à 1,10/$ chez les banques.

AUGMENTATION DES VALEURS

SES Imagotag a progressé de près de 15 %, suivi de Navya qui a signé au ministère français des Transports à Paris un accord avec le ministère des Transports et des Services logistiques du Royaume d’Arabie saoudite pour accompagner le déploiement de véhicules autonomes au Royaume d’Arabie saoudite. Saoudite.
Les projets concernent le déploiement de navettes spatiales autonomes, électriques et partagées, ainsi que le déploiement de tracteurs de logistique industrielle pour le transport de marchandises dans les aéroports et les sites industriels.

Sword : + 12 % avec Tikehau et Abivax, qui ont rapporté des résultats « prometteurs » de la phase 2a de l’étude d’entretien ABX464 dans la polyarthrite rhumatoïde après un an de traitement. Sur les 40 patients inclus dans cette étude de maintenance avec ABX464, 23 patients ont terminé la première année de traitement et tous ont obtenu au moins une réponse ACR20, 19 et 12 patients obtenant une réponse ACR50 et ACR70. Le profil de sécurité (50 mg d’ABX464 une fois par jour + MTX) était favorable et cohérent avec les précédents essais cliniques. Les résultats des études d’induction et d’entretien confirment la poursuite du développement clinique d’ABX464 dans la polyarthrite rhumatoïde et potentiellement dans d’autres indications rhumatologiques. Les données des études d’induction et d’entretien dans la colite ulcéreuse et la polyarthrite rhumatoïde renforcent le potentiel d’ABX464 pour couvrir un large éventail de maladies inflammatoires chroniques …

Assystem reprend plus de 10%, suivi par TFF après ses comptes

SMCP : + 7,7 % après ses comptes 2CRSI avec Innate, Altamir, (+ 5,6 %) et Oeneo

Eurazeo : +5,5% après l’annonce de ses résultats, Boiron

Vallourec : +4% avec Xilam, Bassac

Dassault Aviation : + 3,5 % avec Neurones, Cegedim

Verimatrix est en hausse de 3% après les résultats de 2021 et le plan stratégique, qui est le plan du groupe jusqu’en 2025.

GL Events (+ 2,5 %) : le chiffre d’affaires atteint 741,2 ME, soit 54,6 % de plus que l’exercice précédent. Après un premier semestre fortement affecté par les restrictions administratives, l’activité s’est accélérée au second semestre. L’EBITDA hors IFRS 16 est de 120,3 ME contre -21 ME pour l’exercice 2020, soit une marge d’EBITDA + 16,2%. Le résultat opérationnel courant hors IFRS 16 s’élève à 64,2 millions d’euros. Le résultat net, part du groupe atteint 18 millions d’euros contre -74,3 millions en 2020, soit une marge nette de 2,4%.

Séché : + 2,5 % avec HDF, Bonduelle, Stef, Infotel

Vivendi gagne 1,5%, les investisseurs saluent les solides résultats du conglomérat pour 2021. Le groupe contrôlé par Vincent Bollor a multiplié l’Ebitda l’an dernier par 2,3 à 690 millions d’euros, tandis que son chiffre d’affaires a augmenté de 10,4% en données publiées et de 8,6% en données organiques à 9,572 milliards d’euros . Le résultat net, part du groupe, est de 24,69 milliards d’euros, gonflé par une plus-value de 24,84 milliards d’euros liée à la déconsolidation d’Universal Music Group. Vivendi a également enregistré une charge de 728 millions d’euros liée à l’abandon de ses titres Telecom Italia, qui fait actuellement l’objet d’une offre de rachat de KKR pour 0,505 € par action, soit un total de 10,8 milliards d’euros. Toutefois, le cours moyen d’achat des actions Telecom Italia détenues par Vivendi est de 1,07 euro et leur valeur comptable actuelle est de 0,63 euro.

CHUTE DES VALEURS

Les banques rechutent : BNP Paribas (-4,5%), Société Générale (-5,6%) et Crédit Agricole (-7,5%).

Tarkett rechute de 7% avec Believe (-6%) et Alstom, suivi de Plastic Omnium, GTT

Le secteur automobile est également tombé parmi les plus fortes hausses hier, avec Renault en retour de 4,5% et Stellantis (-7%). Les équipementiers Valeo et Faurecia ont également perdu environ 6%.

Haulotte perd 5% alors que le groupe publie ses résultats annuels ‘en ligne avec les dernières prévisions’… Le groupe fait état d’un chiffre d’affaires en hausse de 13% à 495,8 millions d’euros, avec un résultat opérationnel courant avant gains et pertes de change de 16,6 millions d’euros (3,3% des ventes), contre le niveau de 11,9 millions d’euros un an plus tôt. Le résultat d’exploitation a plus que triplé à 11,4 millions d’euros. Le bénéfice net a atteint 5,8 millions d’euros, contre une perte de 27,4 millions un an plus tôt. Le résultat net du groupe consolidé a atteint 8,1 millions d’euros, contre une perte de 26 ME en 2020.

Hermès : -4%, suivi par Elis, L’Oréal, Veolia, Essilor, Pernod Ricard et Axway

Maisons du Monde (-3,3%) a réalisé un chiffre d’affaires annuel solide de 1 307 millions d’euros, soit 15,1% de plus que l’année précédente et + 10,7% par rapport à 2019. Les ventes consécutives ont atteint 435 millions d’euros, soit 33% des ventes totales et + 13,1 % par rapport à 2020. L’EBIT a atteint un niveau record de 124 millions d’euros et une marge de 9,5 %, ce qui se situe dans le haut de la fourchette cible actualisée. Le bénéfice par action s’élève à 1,72 € (EPS hors ventes de Modani de 1,52 €) avec 90 millions d’euros de cash-flow libre (contre 53 millions d’euros en 2020). Le Groupe propose un paiement de dividende de 55 centimes d’euro par action (taux de distribution de 36% basé sur le BPA sans la vente de Modani)

Airbus : -3% suivi par Ubisoft, Safran, Vinci
.
JCDecaux (-2,5%) : La marge opérationnelle ajustée en 2021 s’élève à 422,3 millions d’euros, en hausse de +280,6 millions d’euros d’une année sur l’autre. Le résultat opérationnel ajusté avant dépréciation s’est élevé à 16,3 millions d’euros, en hausse de 369,2 millions d’euros d’une année sur l’autre. Le résultat net part du groupe est de -14,5 millions d’euros, en hausse de + 590 millions d’euros en un an. Le cash-flow libre ajusté s’élève à 211,5 millions d’euros, en hausse de +49,6 millions d’euros en un an. Le Groupe propose à l’Assemblée Générale de ne pas verser de dividendes en 2022. En termes de prévisions, le résultat organique du premier trimestre 2022 devrait dépasser + 40 %.

AXA : -2,5% avec OVH, Figeac Aéro, Elior

Leave a Comment

%d bloggers like this: