Maladies pulmonaires rares : est-ce la polyarthrite rhumatoïde ? – Le meilleur

25 février 2022

Le 28 février de cette année sera marqué par la Journée internationale des maladies rares. Des pathologies souvent méconnues et diagnostiquées trop tard avec des conséquences, parfois graves, pour le patient. Cela est particulièrement vrai pour la maladie pulmonaire interstitielle diffuse (PID). C’est pourquoi Boehringer Ingelheim France sensibilise au dépistage de ces maladies. Cela peut être lié au développement de la polyarthrite rhumatoïde.

Que sont les PID ?

La PID est un groupe hétérogène de maladies caractérisées par une infiltration pulmonaire visible au scanner, affectant préférentiellement le compartiment interstitiel des poumons. Fibrose pulmonaire idiopathique, pneumopathie d’hypersensibilité, sarcoïdose…, ENVERGURE relie de nombreuses maladies pulmonaires peu fréquent avec de nombreuses causes qui peuvent être associées à la menace de fibrose pulmonaire, une cicatrisation irréversible du tissu pulmonaire qui affecte négativement la fonction pulmonaire. Parfois l’un d’eux des pathologies peuvent se développer lors de maladies telles que par ex. polyarthrite rhumatoïde.

La polyarthrite rhumatoïde, source de lésions pulmonaires

Maladie inflammatoire auto-immune chronique, la polyarthrite rhumatoïde, est la conséquence d’un dysfonctionnement du système immunitaire, qui entraîne des atteintes de l’organisme, notamment des articulations. Mais la polyarthrite rhumatoïde est aussi une maladie systémique, c’est-à-dire qu’elle peut toucher plusieurs organes, dont les poumons. L’atteinte pulmonaire est la principale atteinte extra-articulaire de la polyarthrite. Entre 10 et 50 % des personnes polyarthritiques sont ou seront atteintes d’atteintes pulmonaires dont la nature et la gravité peuvent être très variables.

Les signes qui doivent vous alerter

Dans la polyarthrite rhumatoïde, les symptômes de lésions pulmonaires se développent tranquillement :

  • congestion,
  • toux sèche chronique,
  • fatigue,
  • perte d’appétit,
  • perte de poids

Signes souvent associés à l’âge, au surpoids et à la sédentarité. Autant d’éléments qui expliquent la difficulté du diagnostic, qui peut prendre des années, que l’on appelle l’errance diagnostique.

Il est donc indispensable de consulter votre rhumatologue ou votre pneumologue pour ces symptômes.

Limiter l’errance diagnostique

Afin de diagnostiquer une pneumopathie interstitielle diffuse associée à la polyarthrite rhumatoïde, le processus nécessite un processus en trois étapes. “, explique le professeur Bruno Crestani, chef du service de pneumologie A et coordinateur du centre de référence des maladies pulmonaires rares à l’hôpital Bichat.” La première consiste à effectuer un scanner thoracique pour visualiser les lésions pulmonaires. Ceci est d’autant plus important qu’ils sont très hétérogènes : dilatation bronchique, nodules, PID. Une fois le PID identifié, le rhumatologue orientera son patient vers un pneumologue qui a de l’expérience avec le PID. Ensuite, vous devez faire des tests de la fonction respiratoire pour évaluer le retentissement de la maladie et les échanges gazeux et réaliser un bilan spécifique, suivi d’un entretien multidisciplinaire pour s’assurer que la crise est bien liée à la polyarthrite rhumatoïde, et proposer au patient la prise en charge thérapeutique la mieux adaptée à sa polyarthrite et son incapacité pulmonaire. »

Accompagner les patients

Danielle Lebouc est membre du conseil d’administration de l’AFPmeule, Association française des polyarthritiques et rhumatismes inflammatoires chroniques. Atteint de polyarthrite rhumatoïde. Il milite sans cesse pour sensibiliser les patients et les professionnels de santé. ” Souffrir de polyarthrite rhumatoïde et de PID va complètement bouleverser votre vie. Il faut sans cesse s’adapter, réapprendre à vivre autrement en modulant ses efforts, et apprendre à gérer les deux états. Par conséquent, vous devez bien connaître vos maladies et tout le travail de notre association est d’informer, d’éduquer et d’éduquer pour accompagner les patients et leurs proches. Parce qu’ils veulent du soutien. »

Vraiment AFPmeule met à disposition des brochures, des newsletters, des groupes de discussion pour que les patients puissent échanger et ne pas se sentir isolés, mais aussi une assistante sociale qui les aidera dans leurs démarches administratives et une aide psychologique pour mieux accepter la maladie. Plus d’informations sur l’association peuvent être trouvées sur https://www.polyarthritis.org/.

Boehringer Ingelheim, particulièrement attaché à l’optimisation de la prise en charge et de l’accompagnement des patients, met en œuvre de nombreux projets en collaboration avec des associations de patients et des professionnels de santé. Un exemple avec l’application Vik FPI développée par la start-up Wefight avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim France. Cet outil permet aux patients et à leurs proches de trouver des réponses à un grand nombre de questions 24h/24 et 7j/7 et ainsi d’optimiser leur parcours de soins.

Autres chaînes :

Twitter : @boehringerFR

www.vivreaveclafpi.fr (site grand public)

  • La source: Wisjenbeek M. & Cottin V. Spectrum of Fibrotic Lung Diseases N Engl J Med 2020 ; 383 : 958-68. – Atteintes pulmonaires dans la polyarthrite rhumatoïde – Brochure Afpric

  • Écrit par: Emmanuel Ducreuzet – Édité par : Vincent Roche

Leave a Comment

%d bloggers like this: