médicament ou produit sûr?

Posté sur
Actualisé

en coopération avec

Clément Gérome (sociologue)


Le poppers est un vasodilatateur provoquant des sensations d’euphorie et de relaxation. Utilisé à des fins récréatives et en vente libre, cependant, avec une consommation régulière, il n’est pas si nocif pour la santé. Clément Gérome, sociologue chargé d’études à l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives et coordinateur national du dispositif Tendances récentes et nouvelles drogues (TREND), fait le point sur les mesures nécessaires à l’usage.

Que sont les Poppers ?

Les poppers (également appelés « pop » en raison de l’ouverture, « pops » ou « poppy ») sont des préparations liquides volatiles dont le principe actif est des nitrites d’alkyle aliphatiques ou cycliques. Composés de nitrite d’amyle, de propyle ou d’isopropyle, de butyle ou d’isobutyle, de pentyle ou de propyle et utilisés à l’origine en médecine dans le traitement de certaines maladies cardiaques.”les poppers sont utilisés en dehors des cadres thérapeutiques : depuis les années 1980, ils sont consommés dans des cadres récréatifs, festifs et sexuels pour leurs effets euphorisants, relaxants et désinfectants. »explique Clément Gérome, sociologue, chercheur à l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives, coordinateur national du dispositif Tendances récentes et nouvelles drogues (TREND).

Ces vasodilatateurs, conditionnés dans de petits flacons de 10 à 15 ml, étiquetés sainement (comme les vernis pour la peau ou les désodorisants), ont des odeurs caractéristiques similaires à celles du vernis à ongles, de la colle forte ou des diluants à peinture. Les utilisateurs les tiennent contre leur nez pour inhaler (ou “renifler”) les vapeurs. Le produit peut également être simplement ouvert dans la pièce et vaporisé dans l’air.

Quels sont les effets du Poppers ?

Si les poppers sont si populaires, c’est parce que “ajuster l’état de conscience et induire – bref mais intense – une sensation d’euphorie et de gaieté, une accélération du rythme cardiaque et une sensation d’ébriété, immédiatement après l’inhalation du produit.”, explique le chercheur. Ils sont souvent utilisés pour leur effet relaxant sur les muscles lisses pendant les rapports sexuels.

Dans ce contexte, l’utilisation de poppers permet d’augmenter la libido et d’optimiser les performances sexuelles, tandis que l’utilisation d’inhalations augmenterait l’excitation, faciliterait l’érection, retarderait l’éjaculation et augmenterait les sensations d’orgasme. Ils permettraient ainsi de prolonger l’orgasme en ralentissant la perception du temps.

Les usagers décrivent souvent une sensation d’éblouissement et/ou de vertige, mais aussi une chaleur intense qui envahit le corps. Les poppers déclenchent également des étourdissements et des effets stimulants, voire des hallucinations. Cependant, ces effets sont transitoires et ne durent pas plus de deux minutes.

Consommation courante chez les jeunes

Des études de l’OFDT et du réseau TREND montrent que la consommation de poppers est en hausse, notamment chez les jeunes. Alors qu’en 2014 7,3% des 18-64 ans consommaient déjà du poppers, en 2017 8,7% ont déjà testé ce produit (Spilka et al., 2018b). La consommation de poppers au cours de la vie concerne près d’un adolescent sur dix (8,8 % en 2017 contre 5,4 % en 2014 – (Spilka et al., 2018a)).

Après l’alcool, le tabac et le cannabis, le poppers est aujourd’hui l’un des produits psychoactifs les plus expérimentés des jeunes de 17 ans. “Cette augmentation peut s’expliquer par plusieurs facteurs.dit Clément Gérome. Depuis 2013, le merchandising autour des poppers s’est beaucoup développé. Nouvelles marques, personnalisation des produits (intensité plus ou moins forte selon les molécules présentes dans le liquide [Jungle juice, Black Label etc.]différentes saveurs…), une plus grande diffusion dans des points de vente plus diversifiés, tout ce marketing augmente la visibilité et l’attractivité des poppers ». Aujourd’hui, ils circulent de main en main et à l’amiable dans les lieux festifs commerciaux (clubs électro, bars, discothèques, etc.). Et les marchands de journaux affichent clairement les stocks disponibles. “Les jeunes qui n’ont pas les moyens financiers ou un réseau social assez large pour se procurer d’autres produits comme le cannabis ou la MDMA peuvent donc très facilement revenir au poppers. En effet, une bouteille coûte environ 10 €.

Les poppers sont souvent comparés à des drogues et pourtant définis comme une substance psychoactive et non comme un stupéfiant. Alors que le cadre réglementaire du poppers a fluctué depuis les années 1990, le produit est désormais légal et autorisé à la vente. Le décret du 26 mars 1990 interdit pour la première fois la vente et la distribution gratuite au public de certains poppers, ceux à base de butyl et de pentyl nitrites ou de leurs isomères. D’autres types de poppers, en revanche, à base de nitrites d’amyle ou de propyle n’étaient pas listés dans le décret d’interdiction, échappant ainsi à la réglementation. Le décret du 20 novembre 2007 a ensuite élargi ce cadre en interdisant la commercialisation et la production de tous les produits relevant de la dénomination générale « poppers ».

Cependant, cette réglementation a été abrogée par le Conseil d’Etat le 15 mai 2009 à la demande du principal distributeur du produit en France (Men’s Club), du fabricant (France Conditionnement Création) et de plusieurs associations. L’arrêté du 29 juin 2011 a de nouveau conduit à l’interdiction de la vente et de la remise au public des produits, à l’exception des médicaments contenant des nitrites d’alkyles aliphatiques, cycliques ou hétérocycliques et leurs isomères, en raison de leur toxicité importante et de leurs effets psychoactifs. . Une nouveauté le 3 juin 2013, avec l’abrogation du décret en Conseil d’Etat de 2011. Depuis cette date, les poppers (à base de nitrites d’amyle et de propyle) ne sont plus soumis au régime d’interdiction et sont présentés comme un produit légal, qui a augmenté leur disponibilité dans les cercles gais et hétérosexuels. On les trouve dans les lieux de fête (bars, discothèques), chez certains buralistes, dans les sex-shops, les boutiques de cigarettes électriques, les bars à chicha et surtout sur Internet. “Des études menées par l’ensemble des sites TREND montrent que les utilisateurs ne considèrent pas les poppers comme une drogue, mais comme un produit ludique et convivial, dont l’utilisation est sûre d’une part du fait des effets rapides d’autre part et de son caractère légal. statut d’autre part. main”rapporte Clément Gérome.

Risques pour la santé, avec une consommation régulière

Cependant, le produit est moins inoffensif qu’il n’y paraît et peut avoir des effets négatifs sur la santé et les performances sexuelles, même s’il est consommé occasionnellement. L’usage peut en effet s’accompagner de maux de tête (maux de tête aggravés par la consommation concomitante d’alcool), de bourdonnements d’oreilles, d’une forte sensibilité à la lumière, de nausées et de vomissements. Cela peut également entraîner des étourdissements, des évanouissements, une dysfonction érectile, une pression artérielle basse et, rarement, une insuffisance cardiaque. “L’association avec certains médicaments, dont le Viagra®, courant chez certains utilisateurs, peut également augmenter le risque d’événements cardiovasculaires., décrit le chercheur. Ils peuvent être exposés à la cyanose et à certains problèmes sanguins graves tels que la méthémoglobinémie ; mais aussi entraîner une perte de vision prolongée (voir l’étude menée par l’équipe de Michel Paques au Centre d’investigation clinique Inserm de l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris). “Une consommation régulière peut également entraîner des dermatites de contact, qui se traduisent par des lésions des muqueuses et de la cloison nasale, des brûlures de la peau autour du nez et des lèvres., poursuit Clément Gérome. Des cas d’addiction ont enfin été recensés par l’ANSM, mais sont relativement rares.

D’autres risques liés à leur utilisation ?

Considéré à tort par les utilisateurs expérimentés comme un produit inoffensif, le poppers est également utilisé pour renforcer les effets d’autres stupéfiants (notamment la cocaïne et la MDMA), ce qui peut augmenter les risques. La disponibilité de ces produits s’accompagne également de nouveaux modes d’utilisation : une cigarette non allumée trempée dans le produit, qui est ensuite inhalée telle quelle par la bouche ; mélanger des poppers dans une boisson gazeuse dont les vapeurs sont ensuite inhalées… »Des incidents, principalement dus à ces nouveaux usages, sont enregistrés depuis 2017ajoute le spécialiste. Les personnes qui, parce qu’elles ne sont pas informées de la présence de poppers dans un verre ou une bouteille, en boivent accidentellement le contenu. Cependant, l’ingestion de poppers comporte un risque de brûlures graves et d’hypoxie.

Consulter un médecin généraliste en ligne

Quelles précautions doivent être observées lors de l’utilisation ?

Toute consommation de substances psychoactives comporte des risques : il vaut donc mieux s’en abstenir. Cependant, il est possible de réduire les incidents en utilisant plusieurs mesures :

  • Répartir les inhalations ;
  • Ne pas boire ni vaporiser de poppers ;
  • Ne pas laisser de poppers renversé sur une boisson gazeuse à disposition de tous dans la salle ;
  • Ne pas ouvrir la bouteille à proximité de flammes et de cigarettes ;
  • Essuyez le goulot du flacon avant d’inhaler. En cas de renversement accidentel, rincer la peau à l’eau ;
  • Ne mélangez pas les poppers avec d’autres drogues illicites ou ne les consommez pas avec des médicaments (notamment du Viagra®) ;
  • Ne prenez pas le volant immédiatement après le coup de feu ;
  • Ne consommez pas de poppers si vous êtes enceinte, souffrez d’une maladie cardiaque, d’anémie, de troubles du système immunitaire, d’hypertension ou d’hypotension artérielle.

Enfin, rappelons que si la consommation de poppers est autorisée en France, elle reste interdite dans d’autres pays comme le Royaume-Uni, les États-Unis ou le Canada.

Leave a Comment