Ostéo, kiné ou chiro : comment choisir ?

Parce qu’il n’est pas toujours facile de choisir le bon type de médecin pour traiter un problème physique, la profession vous aidera à y voir plus clair.

Une intervention professionnelle est nécessaire pour récupérer d’une blessure ou surmonter des douleurs musculaires et/ou articulaires (entre autres).

Sur le même sujet

Le problème? Comme beaucoup de français, vous ne savez pas forcément vers qui vous tourner, les différences entre kinésithérapeutes, ostéopathes et chiropracteurs sont souvent trop subtiles pour les profanes. Philippe Fleuriau, Président de l’Association Française de Chiropratique, admet volontiers : “C’est compliqué parce qu’on est tous sur le même terrain de prise en charge pathologique.” Mais ce n’est pas une raison pour ne pas essayer de tout démêler.

Kinésithérapeutes

Problèmes orthopédiques (blessures, entorses, problèmes musculaires, etc.), rhumatologiques (arthrose, tendinopathie, maladies inflammatoires), urogynécologiques, neurologiques (maladie de Parkinson, sclérose en plaques, hémiplégie), pneumologiques (bronchopneumopathie, bronchiolite, etc.) : thérapeute d’intervention de terrain , kinésithérapeute diplômés d’état est vaste. “Et il y a aussi des spécificités pour certains qui se spécialisent dans la physiothérapie sportive et surveillent l’entraînement et problèmes musculo-squelettiques liés au sport“, explique Laurent Rousseau, secrétaire général de la FFMKR (Fédération française des masseurs, kinésithérapeutes et rééducateurs).

  • comment travaillent-ils?

Tout d’abord, il est important de noter que, comme l’explique Laurent Rousseau, “Les kinésithérapeutes travaillent sur prescription. Parfois on a un accès direct à un patient en urgence, mais on informe son médecin” Puis? “Il y a deux parties. Tout d’abord, l’accompagnement et les soins pour lesquels on met en place des techniques (comme les manipulations, les massages ou la musculation, ndlr) qui accélèrent et conduisent la guérison de la pathologie donnée. » Une approche complétée par une approche plus globale : “Dans certaines situations, comme tout ce qui touche à la rhumatologie, on va travailler sur la biomécanique, mais aussi sur les aspects psychologiques et sociaux, pour mieux comprendre une personne et l’origine de sa douleur ou de son handicap.”

  • Dans quel cas les choisir ?

“Je dirais que la personne doit déterminer le bon type de médecin par rapport à ses croyances et ses connaissances. Si le patient a une vision très mécanique de sa santé (quelque chose ne va pas, il faut le corriger), ostéo et chiro peuvent coller. “ Laurent Rousseau explique avant de préciser que les kinés peuvent être mieux adaptés à ceux qui veulent être “Accompagnés de leur médecin et bénéficier d’une vision globale, notamment lorsqu’il s’agit de traiter des maladies chroniques comme les lombalgies. Mais il est important de commencer par le patient, au lieu d’ajouter un type de médecin au problème.” “

Ostéopathes

Des douleurs majoritairement différentes et variées, comme les maux de dos (douleurs de la hanche, du dos, du rachis cervical), mais aussi des souffrances passagères après un traumatisme, comme les entorses ou les fractures”, explique Dominique Blanc, Président de l’Association des Ostéopathes de France.

  • comment travaillent-ils?

Pour mieux comprendre le travail des ostéopathes, il est nécessaire de comprendre le principe du tissu conjonctif, les membranes biologiques suivantes qui forment les liaisons entre les différents tissus de l’organisme : “Ligaments, synovies, péritoines, méninges, tout ce qui est tissu conjonctif”, explique Dominique Blanc. “On l’a partout dans le corps et parfois il est exposé à la tension liée aux antécédents médicaux du patient, à son traumatisme et à sa morphologie voire à la chirurgie.” Après un bilan général, les ostéos identifient ces contraintes “Les techniques de manipulation articulaire. Mais on s’intéressera aussi aux entrailles et au crâne. C’est notre vraie spécificité.”

  • Dans quel cas les choisir ?

Encore une fois, tout dépend de vos croyances. “Mais ce qui est important dans notre cas, en dehors du travail crânien et viscéral, c’est la notion de globalité. Quand on accepte un patient, on ne traite pas la région ou l’articulation, mais l’individu tout entier.” explique Dominique Blanc, qui précise aussi que l’ostéo “Nous travaillons en collaboration avec tous les professionnels de santé, et notamment les kinésithérapeutes. Nous sommes totalement complémentaires.”

Chiropraticiens

“Tout ce qui est musculo-squelettique”, explique Philippe Fleuriau. “C’est donc un champ thérapeutique relativement large, allant des maux de dos aux problèmes de genoux, en passant par les chevilles. Nous nous concentrons sur la colonne vertébrale et le bassin, mais nous nous concentrons également sur les articulations périphériques telles que les poignets, les coudes, les genoux ou les hanches.

  • comment travaillent-ils?

Mobilisation et manipulation vertébrales. C’est le grand principe sur lequel les chiropraticiens basent leurs interventions. “Ensuite, il existe trois types de manipulations : strictement manuelles, comme en ostéo, assistées mécaniquement ou instrumentales (c’est-à-dire avec des outils spécifiques à la profession, pour les patients qui ne souhaitent pas être manipulés, ndlr). Mais il faut savoir qu’en En France, nous sommes l’une des deux professions autorisées à effectuer des manipulations vertébrales avec des vecteurs de force (c’est à dire sur la base d’impulsions, nldr.) Le kiné et l’ostéo n’ont pas le droit. »

  • Dans quel cas les choisir ?

Encore une fois, tout dépend de vos préférences. “Mais il est important de réaliser qu’un kinésithérapeute, par exemple, ne peut pas aller beaucoup plus loin que ce que demande le médecin du patient. » précise Philippe Fleuriau. “Cela veut dire qu’il y a des situations où l’intervention d’un autre praticien est nécessaire, comme un massage ou un kinésithérapeute. On peut conseiller à nos patients de s’occuper d’une prise en charge pluridisciplinaire. Mais je dirais qu’il vaut mieux essayer de se renseigner quand même !”

A lire aussi :

Widget de chargement

Widget de chargement

Abonnez-vous à la newsletter Top Santé et recevez gratuitement les dernières actualités

Leave a Comment

%d bloggers like this: