quel traitement en cas de crise ?

Douleurs abdominales, diarrhées… Ces symptômes digestifs peuvent être des symptômes de colite (aiguë ou chronique). Zoom sur les causes et le traitement de cette inflammation colique avec le Dr. Michael Bismuth, spécialiste en hépatogastroentérologie du CHU de Montpellier.

Le terme colite reflète une inflammation du côlon. Il faut distinguer la colite des troubles fonctionnels intestinaux, également appelés « colpathie fonctionnelle » ou « intestin irritable », une maladie dans laquelle la muqueuse colique n’est pas endommagée.

Il existe plusieurs causes à la colite, comme décrit par le Dr. Michael Bismuth, spécialiste en hépato-gastro-entérologie au CHU de Montpellier. La colite est un motif fréquent de consultation en gastro-entérologie. Ils peuvent être aigus ou chroniques. Le diagnostic de colite peut être posé par des tests d’imagerie tels que l’échographie ou la tomodensitométrie ou la coloscopie.

« Quelle que soit la cause de la colite ou son caractère aigu ou chronique, elle se manifeste par des symptômes digestifs associant des douleurs abdominales localisées ou diffuses, des troubles du passage avec des selles liquides diurnes et parfois nocturnes, qui peuvent être purulentes, glaireuses ou sanglantes, et parfois des nausées et vomissement. “ décrit le Dr. Michel Bsimuth. Dans les formes plus sévères, l’état général peut s’aggraver avec des manifestations d’anorexie, de fatigue et d’amaigrissement voire de dénutrition (notamment dans les colites chroniques). Certaines colites chroniques, comme les maladies inflammatoires du tractus gastro-intestinal, peuvent être associées à des symptômes rhumatologiques, dermatologiques ou ophtalmiques.

© 123RF – designua

Il existe de nombreuses étiologies à l’origine d’une colite aiguë ou chronique. “Les principales causes de colite aiguë sont les colites infectieuses (virales, bactériennes ou parasitaires), les diverticulites aiguës, les colites ischémiques, la détection d’une maladie inflammatoire chronique du tractus gastro-intestinal, les colites secondaires à l’utilisation de certains médicaments comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens. médicaments ou antibiotiques. “, détails du spécialiste. Quelques exemples de colite aiguë :

• Colite infectieuse

La colite infectieuse est causée par des bactéries (salmonelles, clostridium, choléra, staphylocoques…), des virus (rotavirus…) ou des parasites (amibes) et est responsable de diarrhées aiguës associées à des douleurs abdominales. On distingue le syndrome cholériforme, le syndrome dysentérique avec selles sanglantes associées à de la fièvre et le syndrome de gastro-entérite.

• Colite pseudomembraneuse

La colite pseudomembraneuse est une forme particulière de colite infectieuse qui survient après un traitement antibiotique et est associée à la présence d’une bactérie appelée Clostridium difficile. Il existe des formes très graves qui peuvent mettre la vie en danger. Le traitement de la colite pseudomembraneuse repose sur certains antibiotiques spécifiques.

• Diverticulite aiguë

La diverticulite aiguë est jeinflammation du diverticule du côlon. Le diverticule est une faiblesse de la paroi du côlon dont la fréquence augmente avec l’âge et qui se caractérise par une “petite bourse” suspendue à la paroi du côlon. Elle se manifeste par des douleurs abdominales à gauche (généralement faible et hanche gauche) associées à de la fièvre et des troubles du transit avec des selles liquides parfois sanglantes. Le diagnostic repose sur un scanner abdominal qui va rechercher des complications comme un abcès abdominal. Le traitement de la diverticulite aiguë est bien codifié et comprend un traitement antibiotique et un régime alimentaire complet au moment du diagnostic. Pour les formes sévères ou les récidives, une consultation de chirurgie gastro-intestinale peut être discutée d’emblée.

• Colite ischémique

La colite ischémique est associée à une diminution du débit sanguin responsable d’une mauvaise vascularisation du côlon. Secondaires peuvent être un état de choc (hémorragie, allergie, infection sévère), une insuffisance cardiaque, la prise de certains médicaments (antihypertenseurs, diurétiques, pilules, anti-inflammatoires), des maladies hématologiques, des maladies artérielles (athéromatose, maladies auto-immunes…) ou une embolie.

• Colite chronique

Les causes des colites chroniques sont nombreuses, telles que les maladies inflammatoires chroniques du tractus gastro-intestinal (maladie de Crohn et rectocolite ulcéreuse-hémorragique), les colites radiques secondaires aux radiations, les colites microscopiques cancéreuses, souvent d’origine médicamenteuse (veinotoniques, antisécrétoires gastriques, aspirine , etc.) la muqueuse colique est normale (diagnostiquée par une biopsie du côlon) Il existe de nombreuses autres causes plus rares de colite chronique.

• Maladie de Crohn, rectocolite ulcéro-hémorragique

La maladie de Crohn et la rectocolite ulcéro-hémorragique sont des pathologies digestives chroniques fréquentes qui se manifestent généralement par des troubles du passage, notamment des selles liquides diurnes et nocturnes, qui peuvent être sanglantes, des douleurs abdominales chroniques, une perte de poids, voire une dénutrition. Des examens endoscopiques comme la coloscopie et la fibroscopie oeso-gastro-duodénale avec biopsie sont nécessaires pour poser le diagnostic. La prise en charge thérapeutique de ces maladies nécessite un conseil gastro-entérologique spécialisé, car le traitement peut être complexe et peut impliquer plusieurs médicaments voire un traitement chirurgical.

Le diagnostic de colite est basé sur les symptômes décrits par le patient, l’examen clinique par un médecin et les résultats d’examens complémentaires tels que l’examen des selles à la recherche de bactéries ou de parasites, les examens d’imagerie (échographie et scanner abdominal) et les examens endoscopiques tels que la coloscopie avec biopsies (c. échantillon de muqueuse) ), qui peut déterminer la cause de la colite, en particulier dans le cas de la colite chronique. “En cas de symptômes sévères (forte fièvre, mucosités ou selles sanglantes, altération de l’état général…), si les symptômes précédemment décrits persistent ou s’aggravent au bout de 2 à 3 jours d’évolution malgré un traitement symptomatique ou à un âge extrême (personnes âgées, nourrissons )”met en garde le Dr Michael Bismuth.

Le traitement de la colite aiguë dépend de sa cause. Le repos digestif en cas de nausées et de vomissements ou l’introduction d’un régime pauvre en fibres ou en résidus peuvent aider à améliorer les symptômes. En cas de douleurs abdominales sévères, un traitement antispasmodique associé à un traitement antalgique peut être proposé.

Les antidiarrhéiques doivent être traités avec prudence, notamment en cas de colite infectieuse (la diarrhée est un moyen de défense de l’organisme). Le traitement des colites chroniques et surtout des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, comme la rectocolite hémorragique et la maladie de Cröhn, nécessite un conseil spécialisé en gastro-entérologie, car le traitement peut être complexe et associé à plusieurs médicaments (corticothérapie, immunosuppresseurs, biothérapie) voire à la chirurgie.

Merci au Dr. Michael Bismuth, spécialiste en hépato-gastro-entérologie au CHU de Montpellier.

Leave a Comment

%d bloggers like this: