Résultats EULAR-COVAX chez 5 121 patients : la vaccination contre le SRAS-CoV-2 est sûre chez les patients atteints de rhumatismes inflammatoires et de maladies auto-immunes systémiques

Pour étudier la tolérance des vaccins SARS-CoV-2 chez les patients atteints de rhumatismes inflammatoires et de maladies auto-immunes systémiques, le Centre National et Européen de Référence des Maladies Auto-immunes Systémiques Rares (MAI) a été créé à l’AP-HP de Bicêtre avecEULARAlliance européenne des associations de rhumatologie, Registre international des patients atteints de rhumatisme inflammatoire chronique (RIC) ou AID systémique vaccinés contre le SRAS-CoV-2.

Cette étude montre que le profil de sécurité des vaccins contre le SRAS-CoV-2 chez les patients atteints de RIC systémique ou d’AID est très rassurant et comparable à celui des patients atteints de rhumatologie mécanique et de la population générale. Le risque d’une grave éclosion systémique de RIC ou d’AMI est très faible sans lien avec la vaccination.

Ces travaux tolérance des vaccins SARS-CoV-2 chez les patients atteints de rhumatismes inflammatoires chroniques et de maladies auto-immunes systémiques, coordonné par le Professeur Xavier Mariett (Responsable de Rhumatologie, Bicêtre AP-HP, Université Paris-Saclay, Inserm) et le Professeur Pedro M. Machado (Consultant rhumatologue à l’University College London et à l’University College London Hospitals) ont été publiés le 1.euh Janvier 2022 dans le magazine Annales des maladies rhumatismales (BMJ).

Les patients atteints de rhumatismes inflammatoires chroniques (IRC) et de maladies auto-immunes systémiques (MAI) n’ont pas été inclus dans les études d’innocuité des vaccins contre le SRAS-CoV-2 et sont souvent préoccupés par l’innocuité de ce vaccin.

L’étude a inclus 5 121 participants de 30 pays, la plupart de France (40 %), d’Italie (16 %) et du Portugal (14 %), avec 4 604 patients atteints de RIC systémique ou d’AMI et 517 patients témoins atteints de rhumatologie mécanique.

Les diagnostics les plus fréquents étaient la polyarthrite rhumatoïde (33 %), la connectivité (18 %), la spondyloarthrite (11 %), le rhumatisme psoriasique (10 %) et la vascularite (12 %). La plupart des patients ont reçu les vaccins Pfizer/BioNTech (70%), AstraZeneca/Oxford (17%) et Moderna (8%).

Des éclosions de RIC systémique ou d’AMI ont été signalées dans 4,4 % des cas, dont 1,5 % ont entraîné des changements de médication. Et seulement 0,6% des épidémies graves qui ne peuvent pas être liées au vaccin.

Des effets indésirables légers ont été rapportés chez 37% des patients avec RIC ou MAI et chez 40% des patients témoins, soit à une fréquence identique à celle observée dans la population générale. Des effets indésirables graves ont été observés chez 0,4 % des patients atteints de RIC systémique ou d’IAD, très divers et avec une fréquence comparable voire inférieure à celle des patients témoins en rhumatologie mécanique (1,1 %).

Dans les essais cliniques de vaccins à ARN contre le SRAS-CoV-2 dans la population générale, les taux d’effets indésirables graves étaient très similaires à ceux de cette étude, allant de 0,4 % à 0,6 % dans le groupe vacciné et de 0,5 % à 0,6 % dans le groupe témoin. groupe, ce qui suggère que ces effets indésirables graves sont peu susceptibles d’être liés au vaccin.

En conclusion, le profil de sécurité des vaccins contre le SRAS-CoV-2 chez les patients atteints de RIC systémique ou d’AID est très rassurant et comparable au profil des patients atteints de rhumatologie mécanique et de la population générale. Le risque de RIC sévère ou d’AID systémique est très faible sans lien avec la vaccination.

Ces résultats devraient rassurer les médecins, et en particulier les patients atteints de RIC ou d’AMI systémiques, et renforcer la confiance de ces patients dans la sécurité des vaccins Covid-19.

Lien: Sécurité de la vaccination contre le SRAS-CoV-2 chez les personnes atteintes de troubles rhumatismaux et musculo-squelettiques : résultats du registre EULAR Coronavirus Vaccine (COVAX) rapportés par les médecins – Annales des Maladies Rhumatismales (BMJ)

Pedro M Machado, Saskia Lawson-Tovey, Anja Strangfeld, Elsa F Mateus, Kimme L Hyrich, Laure Gossec, Loreto Carmona, Ana Rodrigues, Bernd Raffeiner, Catia Duarte, Eric Hachulla, Eric Veillard, Eva Straková, Gerd R Burmester, Göbra Yardımcı , Jose A Gomez-Puerta, Julija Zepa, Lianne Kearsley-Fleet, Ludovic Trefond, Maria Cunha, Marta Mosca, Martina Cornalba, Martin Soubrier, Nicolas Roux, Olivier Brocq, Patrick Durez, Richard Conway, Tiphaine Goulenok, Johannes Wj Bijlsma Iain B McInnes, Xavier Mariette.

doi : 10.1136 / annrheumdis-2021-221490

L’UNIVERSITÉ PARIS-SACLAY

L’Université Paris-Saclay regroupe dix composantes universitaires, quatre Grandes Ecoles, l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques, deux universités membres et bénéficie d’un partenariat fort avec six grands organismes de recherche.

Elle se compose de 48 000 étudiants, 8 100 chercheurs, chercheurs, 8 500 personnels techniques et administratifs et propose une offre de formation complète et diversifiée de la licence au doctorat, ainsi que des diplômes d’ingénieurs.e, reconnue pour sa qualité due à sa notoriété et son engagement dans votre enseignement Personnel.

L’Université Paris-Saclay, située au sud de Paris, dans un vaste territoire (de Paris à Orsay, en passant par Évry et Versailles), bénéficie d’une position géographique et socio-économique stratégique que sa visibilité internationale contribue à renforcer. Une université de pointe avec une forte orientation scientifique et une forte reconnaissance en mathématiques et physique ainsi qu’en sciences biologiques et médicales, agriculture, ingénierie, combinées à des sciences humaines et sociales fortement soutenues, l’Université de Paris-Saclay opère dans un environnement naturel protégé à proximité de Paris et au cœur d’un tissu économique dynamique.

A propos de l’AP-HP : Premier Centre Hospitalo-Universitaire (CHU) européen, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupes hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre – Université de Paris ; AP-HP. Université de la Sorbonne ; AP-HP Nord – Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. CHU Henri Mondor et AP-HP. CHU Paris Seine-Saint-Denis) et s’articule autour de cinq universités franciliennes. L’AP-HP, étroitement associée aux grands organismes de recherche, dispose de trois instituts hospitalo-universitaires de rang mondial (ICM, ICAN, IMAGINE) et du plus grand entrepôt de données de santé français (EDS). L’AP-HP, acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, possède un portefeuille de 650 brevets actifs, ses chercheurs cliniciens signent près de 9 000 publications scientifiques chaque année et plus de 4 000 projets de recherche sont actuellement en cours. en développement, tous promoteurs confondus. En 2020, l’AP-HP a acquis la marque Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariat : Carnot @ AP-HP propose aux industriels des solutions de recherche appliquée et clinique en santé. En 2015, l’AP-HP a également créé la Fondation AP-HP pour la Recherche pour soutenir la recherche biomédicale et de santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr

Leave a Comment

%d bloggers like this: