Syndrome de Costen: causes, manifestations et traitement

Très répandu, mais peu connu du grand public, syndrome de costen se présente comme un dysfonctionnement articulation temporo-mandibulaire. Les personnes atteintes de ce trouble se plaignent très souvent douleur pour mâchoire, et ont des symptômes qu’ils décrivent comme gênants. La complexité de ce syndrome peut entraîner une errance diagnostique. Quelles sont les causes et les manifestations du syndrome de Costen ? De quel traitement efficace se débarrasser ?

Qu’est-ce que le syndrome de Costen ?

Le syndrome de Costen, ou syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil masticateur, est un trouble répandu de l’appareil masticateur. Elle regroupe plusieurs maladies des articulations temporo-mandibulaires, des muscles masticateurs ainsi que des troubles du contact dentaire, qui surviennent seuls ou ensemble.

Chez les personnes atteintes de ce trouble, une inflammation des articulations se produit, qui, entre autres, sert de fonction mastication. Cette inflammation provoque une douleur intense dans des parties telles que l’oreille, la tête et le cou.

Syndrome de Costen : origine

Dans les années 1930, le Dr Costen, un oto-rhino-laryngologiste, a découvert que de nombreux patients atteints de troubles se plaignait de l’articulation temporo-mandibulaire ou des muscles masticateurs Mal d’oreille. Il a donc émis l’hypothèse que l’inflammation de ces structures est la cause des douleurs auriculaires.

James Bray Costen a découvert plus tard que la douleur pouvait se propager aux zones proches de l’oreille, comme le cou ou le crâne. Il pourrait attaquer tout le chewing-gum. Il a donné plus tard ce signe pathologique, qui est maintenant connu sous le nom de “syndrome de Costen”. syndrome algo-dysfonctionnel appareil manduaire.

Syndrome de Costen : quelles sont les étapes de l’évolution ?

Le syndrome de Costen a quatre stades de développement.

  • La première étape se manifeste par un rétrécissement progressif de l’espace articulaire, un relâchement des ligaments;
  • Dans la deuxième étape, la capacité de mouvement de l’articulation temporo-mandibulaire est considérablement réduite ossification le processus musculaire de la mandibule est observé;
  • Le troisième stade est caractérisé par une dégénérescence du disque cartilagineux et la survenue d’une sclérose en plaques des surfaces articulaires, tandis que la mobilité de la mandibule est progressivement perdue ;
  • Au quatrième stade de l’évolution, on observe une croissance active du tissu fibreux, une immobilisation presque complète de la mandibule.

C’est généralement le patient qui découvre le trouble. À l’heure actuelle, la maladie n’en est généralement qu’au 2e stade de son développement. Avec la bonne thérapie, la maladie peut être traitée rapidement.

Quels sont les signes avant-coureurs du syndrome de Costen ?

Les symptômes du syndrome de Costen peuvent être classés en deux groupes, les symptômes les plus évidents et les moins visibles.

Symptômes visibles au premier coup d’œil

Plusieurs traits clairs permettent d’identifier un sujet atteint du syndrome du chewing-gum. Parmi eux on peut citer :

  • Restriction de mouvement dans la région du cou;
  • Douleur à la mâchoire (qui survient généralement au repos ou lors de la mastication d’un ou des deux côtés de la mâchoire) mâchoire inférieure ou plus);
  • Tension perceptible dansarticulation temporo-mandibulaire ;
  • Sensibilité des articulations temporo-mandibulaires et/ou des muscles masticateurs au toucher ;
  • Mal aux dents;
  • Raideur matinale des muscles masticateurs ou des groupes musculaires adjacents.

Les personnes atteintes du syndrome de Costen ont très souvent du mal à ouvrir la bouche. Chez les autres, les articulations temporo-mandibulaires sont hypermobiles, ce qui les prédispose à bruxismegrincements de dents involontaires.

Symptômes moins perceptibles

Dans certains cas, les personnes atteintes du syndrome de Costen peuvent présenter des symptômes qui ne semblent pas être associés au système de mastication ou à la douleur buccale à première vue. mâchoire. Ceux-ci incluent, mais ne sont pas limités à :

  • Douleurs aux oreilles et/ou bruit dans les oreilles (acouphène);
  • Mal de têtegénéralement dans la région temporel ;
  • Torsion difficile du cou;
  • Vertiges;
  • Difficulté à avaler (dysphagie);
  • Troubles de la voix ;
  • Tension et douleur dans les épaules ou le dos;
  • Pression derrière les yeux et dans les cavités environnantes ;
  • Dyspareunie.

Il y a aussi un stress émotionnel chez les victimes. Il n’est pas rare que les personnes atteintes du syndrome de Costen se plaignent d’inconfort dans les parties adjacentes du corps, telles que les épaules, le cou ou le dos. La tension des muscles de la tête et du cou peut en fait causer des maux de dos.

Quelles sont les causes du syndrome de Costen ?

La survenue du syndrome de Costen chez un individu peut expliquer plusieurs causes. Ceux-ci inclus:

  • DE traumatisme dentaire (par exemple perte de dents);
  • Mauvaise position des prothèses dentaires;
  • Une désalignement dents ou mâchoire;
  • Croissance lente du crâne;
  • Troubles hormonaux ;
  • Problèmes psychologiques (anxiété, dépression, stress émotionnel);
  • Comportement indésirable.

Les maladies sous-jacentes telles que les rhumatismes, l’arthrose et l’arthrite présentent également un risque de développer la maladie.

Syndrome de Costen : quand consulter un médecin ?

Normalement, une combinaison de deux de symptômes ce qui précède devrait être suffisant pour consulter un médecin. Malheureusement, lorsque des symptômes surviennent, peu de gens choisissent de consulter un médecin. Le choix est généralement pris en compte lorsque la douleur dépasse une certaine limite. En fait, le diagnostic du syndrome de Costen est rapide et se fait principalement par l’examen physique.

Comment diagnostiquer le syndrome de Costen?

Sur la base de certains critères, le médecin peut décider ce qui s’applique à une personne atteinte du syndrome de Costen. Il planifie ensuite le traitement en conséquence. Le médecin peut demander au patient d’effectuer les tâches suivantes lors de l’examen physique :

  • Ouvrez-le cavité buccal assez largement;
  • Essayez de déplacer la mâchoire sur le côté;
  • Tournez doucement votre cou;
  • Presser les dents;
  • Bouge toi muscles de la mâchoire.

Si Dentiste suspect et blocage de ‘découper temporairemandibulaire, peut l’examiner de plus près avec l’imagerie par résonance magnétique (IRM). En plus des examens physiques et radiologiques, le médecin peut poser des questions sur l’état mental. Par exemple, elle demande au patient s’il souffre d’anxiété ou de stress émotionnel. Parce que chez certains patients, des situations stressantes peuvent les amener craquer les dents.

Syndrome du chewing-gum : quel traitement existe-t-il ?

L’objectif principal du traitement est de soulager les symptômes et de prévenir la progression de la maladie. Le médecin peut utiliser les stratégies suivantes pour ce faire :

  • Utilisation d’une morsure en résine qui s’adapte à la forme des arches dentaire : est particulièrement utile chez les patients bruxistes et sujets au bruxisme craquer dents ou serrer les dents les dents ;
  • Exercices de kinésithérapie relaxante enseignés par un spécialiste en gnatologie : ces exercices doivent être répétés quotidiennement. Ils soutiennent l’extension des ligaments mandibulaire ;
  • Traitement psychologique ou psychothérapeutique visant à soulager le stress du patient ;
  • Évitez de boire des boissons excitantes, telles que celles riches en caféine ou en sucre, avant une nuit de repos;
  • L’utilisation d’anti-inflammatoireanxiolytiques ou relaxants muscle. Les médicaments les plus couramment utilisés sont : l’ibuprofène, le sel de lysine de kétoprofène, l’acide acétylsalicylique, le piroxicam ;
  • Suppression et correction de tous prothèse dentaire qui pourrait causer des symptômes ;
  • Photobiostimulation (traitement médical LED pour la stimulation tissulaire) sur les articulations, qui aide à réduire la douleur avec les lasers à diodes ;
  • internearticulé médicaments anesthésiques;
  • chirurgie maxillairevisage, si le problème est causé par une malformation de l’os mandibulaire qui peut être résolue par la chirurgie.

Il est à noter que les tests d’imagerie utilisés dans la phase de diagnostic peuvent être répétés au cours du traitement pour suivre l’évolution de la maladie.

Conséquences du syndrome de Costen

Le syndrome de Costen est une pathologie qui peut entraîner des complications importantes dans le fonctionnement de nombreux systèmes du corps humain. Nous pouvons citer, entre autres :

  • Accumulation de liquide dans la cavité articulaire;
  • Affaiblissement des ligaments;
  • Trouble digestif résultant d’une mauvaise digestion.

Parfois, les personnes atteintes du syndrome douloureux du chewing-gum peuvent souffrir troubles du sommeil. Cela est dû à la douleur intense qu’ils perçoivent.

Comment découvrir soi-même le syndrome de Costen?

Le test musculaire masticatoire peut être effectué par vous-même. Pour cela, il suffit d’ouvrir la bouche à moitié et d’y placer les doigts (de préférence le majeur et les index), dans le sens de la gorge vers les selles. Il y a des muscles masticateurs dans la région des deux dernières molaires.

Ils appliquent une petite pression sur les doigts. Si la pression provoque une douleur et un relâchement immédiat ultérieur des muscles masticateurs, il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’un dysfonctionnement de l’articulation temporo-mandibulaire. Sinon, si vous parvenez à maintenir la pression inconfortable pendant un certain temps, il n’y a évidemment aucun risque de syndrome de Costen.

Leave a Comment

%d bloggers like this: