Troubles de l’odorat : liste, causes, symptômes, traitement

Le trouble olfactif correspond au changement d’odorat, l’un de nos cinq sens. Quels sont les signes avant-coureurs ? causes ? Examens à effectuer et traitement à guérir ? Anosmie, parosmie, hyposmie… Liste des troubles et explications du Dr. Georges Dib, médecin ORL.

Le trouble olfactif répond changement, partiel, complet, permanent ou temporaire, la capacité de sentir (autre nom de l’odorat), l’un des cinq sens du corps humain. Il existe différents problèmes : anosmie, hyposmie, parosmie… Que sont ils symptômes de troubles olfactifs ? causes ? Examens à demander et diagnostique ? ET bon traitement prendre soin de toi ? Aperçu et explication p Dr Georges Dib, médecin ORL à l’hôpital privé d’Eure-et-Loir (établissement ELSAN).

Définition : qu’est-ce que le trouble olfactif ?

Le trouble olfactif est un trouble neurosensoriel ou post-traumatique, selon le casodeur dérangée. Odeur (ou odeur) fait référence au sens qui perçoit les odeurs. Ce changement peut être quantitatif (odorat réduit) ou qualitatif (perception de mauvaises odeurs). Le trouble olfactif est contre une normosmie, un terme qui définit la perception olfactive normale. Le trouble olfactif le plus connu est anosmie qui correspond à la perte de l’odorat. “L’annosmie est une condition dans laquelle vous perdez complètement votre odorat. Ensuite, entre l’odorat normal et l’anosmie, il y a différents troubles, différents troubles (dits dysosmie) dont cacosémie, parosmie ou hyposmie, liste du Dr. Dib. Avec l’épidémie de Covid, on a vu des poussées d’anosmie. Hors Covid, l’anosmie est une pathologie bien connue qui a précédé la pandémie presque méprisé parce que la maladie semble être inoffensive. C’est un symptôme que les patients ont tendance à traîner car ce n’est pas grave. Avant le Covid, on avait deux ou trois patients par semaine, maintenant c’est devenu presque le principal symptôme du Covid, avec la variante Omicron. Alors que l’anosmie a été observée dans le delta et les premières variantes, mais dans une moindre mesure“Dit le Dr. Dib.

Quelle est la liste des troubles olfactifs ?

Troubles olfactifs cliniques quantitatif doit être distingué des troubles olfactifs qualitatif.

le troubles olfactifs quantitatifs sont par exemple :

  • anosmie : perte totale de l’odorat
  • hyposmie : diminution de l’odorat
  • hyperosmie : sensibilité accrue aux odeurs

le troubles olfactifs qualitatifs sont subjectifs et sont plus rares que les troubles quantitatifs :

  • parosmie : distorsion d’odeur à une autre odeur, généralement désagréable (on échangera les odeurs)
  • Cacosmie : perception persistante des odeurs, peu importe ce que vous portez dans votre nez, en raison d’une modification partielle des cellules olfactives.
  • fantosmie (ou hallucinations olfactives) : odeur fantôme, agréable ou désagréable, qui se produit en l’absence d’une source d’odeur.

Le mécanisme de l’odorat

Un produit chimique odorant devient une odeur lorsqu’il est détecté par la muqueuse olfactive (qui tapisse l’intérieur des cavités nasales). Il est constitué de cellules nerveuses (neurones olfactifs) qui transforment un message chimique en influx nerveux que le cerveau peut interpréter, notamment via le bulbe olfactif. Ainsi, si les cellules olfactives sont endommagées, elles ne sont plus capables de détecter correctement les molécules odorantes et d’assurer leur transfert vers le bulbe olfactif.

Quelles sont les causes des troubles olfactifs ?

La survenue de troubles olfactifs peut s’expliquer par plusieurs causes :

  • Suivi de inflammation muqueuse nasale (œdème), du froid, rhinite, sinusite (nez bouché), un covid ou infections des voies respiratoires supérieures
  • Après un blessure à la tête
  • Névralgie subséquente du nerf olfactif
  • Présence polypes nasale
  • Présence d’une tumeur près du nerf olfactif
  • Après un maladies neurologiques (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, sclérose en plaques…)
  • Après une maladie métabolique (diabète) ou endocrinienne
  • Après inhalation de substance toxique
  • Après avoir pris le médicament (effet secondaire)
  • Cause congénitale

Avec l’âge, les cellules olfactives sont beaucoup moins réactives et l’odorat diminue naturellement.

  • Cause idiopathique (aucune cause connue)
  • Avec l’âge, les cellules olfactives sont beaucoup moins réactives et l’odorat diminue naturellement. Ainsi, un jeune patient qui perd son odorat aura de bien meilleures chances de guérison que, par exemple, une personne âgée de 60-70 ans, car son odorat a de facto changé avec le temps.“, explique le Dr. Dib allergies saisonnières (par exemple la rhinite allergique) est également un facteur de risque de diminution ou de perte olfactive.
Schéma des différents troubles olfactifs © rob3000 – stock.adobe.com

Quels sont les symptômes des troubles olfactifs ?

Outre la perception des odeurs (ou perception des odeurs), les troubles olfactifs sont dans la plupart des cas associés à :

  • obstruction nasale (nez encombré)
  • Symptômes caractéristiques d’une infection des voies respiratoires supérieures telles que rhinopharyngite, sinusite ou Covid-19 (toux, nez qui coule, maux de tête, etc.)
  • Diminuer goût (ageusie). “Le changement de goût est le résultat de la perte de l’odorat. Mais ce n’est pas vraiment une perte de goût (car il n’y a pas d’attaque des papilles), c’est des goûts perturbés. La nourriture sera moins prononcée, avec un goût tamisé“, précise notre partenaire.

Les patients souffrant de troubles olfactifs sont plus sujets aux blessures à domicile

Quelles sont les conséquences des troubles olfactifs ?

Le trouble olfactif n’est pas grave en soi, mais il est impact important sur la qualité de vie du patient“, Notre partenaire souhaite renouveler. Ainsi, la perte de l’odorat peut être très gênante au quotidien. Parmi les conséquences potentielles des troubles olfactifs à long terme :

  • Incapacité à détecter une odeur de gaz ou de brûlure (les patients présentant des troubles olfactifs sont donc plus exposés au risque d’accidents domestiques)
  • Mauvaise évaluation de la qualité des aliments, ce qui réduit l’appétit et le plaisir de manger
  • Risque plus élevé de dépression…

Qui contacter en cas de troubles olfactifs ?

Si vous ressentez une diminution de l’odorat ou un nez bouché, n’hésitez pas à en parler à votre praticien qui pourra alors consulter un médecin ORL si des examens complémentaires sont nécessaires. Selon la Haute Autorité de Santé (HAS) Le spécialiste ORL et l’IRM des voies olfactives doivent être pratiqués depuis plus de 2 mois : si les symptômes ci-dessus persistent (hyposmie, anosmie, sensation d’inconfort ou d’obstruction du nez, fluctuations de l’odorat).

Le médecin continue à examen clinique et entretien avec le patient déterminer le contexte de diminution olfactive et connaître l’anamnèse. Il s’agit d’une référence de diagnostic de base. Sur la base des observations faites lors de l’examen physique, le fournisseur de soins de santé a des indices quant à la cause potentielle du trouble. Puis pour préciser le diagnostic, contrôle dentaire et ORL avec CT-scan (tomodensitométrie) des sinus et endoscopie nasale la possibilité de visualisation d’une partie des cavités nasales et des cavités est prescrite. En fonction des résultats des examens dentaires et ORL, des examens complémentaires peuvent être réalisés : tests allergiques, tests de sensibilité aux odeurs diverses (tests olfactométriques), IRM cérébrale, tests sanguins

Dans l’ensemble, la plupart des patients peuvent retrouver leur sens de l’odorat, du moins certains

Quel est le traitement des troubles olfactifs ?

Le traitement dépendra de la cause du trouble. “La restauration des sensations olfactives est accidentel. En général, la plupart des patients reviennent olfactivement, au moins certains“Je voudrais mettre en garde un expert.

Corticostéroïdes topiques (principalement) : c’est le traitement de baseCes médicaments peuvent être prescrits et peuvent traiter l’inflammation de la muqueuse nasale ou des sinus, en consultation avec un spécialiste et selon le tableau clinique.

jeinhalation de vapeur (ou sprays nasaux) : en cas d’infection ou d’irritation des sinus

Traitement des allergies si présent.

Stimulation par rééducation olfactivequi restimule les cellules olfactives pour qu’elles fonctionnent à nouveau

Opération: lorsque cela est possible et lorsque des polypes nasaux obstruent la cavité nasale ou en cas de tumeur.

Merci au Dr Georges Dib, médecin ORL à l’hôpital privé Eure-et-Loir – établissement ELSAN.

Leave a Comment

%d bloggers like this: