Vaccination contre le VPH et les maladies auto-immunes

En évaluant l’incidence des maladies auto-immunes (SIDA), la vaccination contre le papillomavirus humain (HPV) était une option prévisible et prévisible : à la lumière de l’expérience de l’hépatite B, les vaccinations massives des adolescentes et des jeunes femmes à l’âge où ces maladies ont été détectées seraient nécessairement générer des coïncidences qui seraient présentées comme des relations causales. C’est-à-dire qu’avant le lancement du premier vaccin contre le VPH, l’étude [1] ont prédit que la vaccination d’une cohorte de 100 000 adolescentes entraînerait accidentellement une hospitalisation pour sclérose en plaques (SEP) ou névrite oculaire dans les 6 semaines suivant la vaccination. Le risque était trois fois plus élevé avec la même cohorte de jeunes femmes.

Par conséquent, lors de la conception des programmes de vaccination, plusieurs pays ont créé des cohortes pour étudier les liens possibles entre la vaccination contre le VPH et l’apparition de l’AID.

Autrement dit, ceux mis en œuvre aux États-Unis [2]Suède et Danemark [3] ont démontré l’absence de différence entre vaccinés et non vaccinés en termes de maladies neurologiques, d’événements thromboemboliques et de 16 maladies auto-immunes, dont la SEP. Une étude de cohorte récente de Kaiser Permanente, en Californie, confirme l’absence d’association entre la vaccination contre le VPH et les maladies démyélinisantes. [4].

La première étude cas-témoin en France a comparé 211 patients avec un IAM à 875 témoins : cette étude montre l’absence d’association entre la vaccination contre le VPH et le risque d’AMI, de SEP et de connectivite. [5].

Enfin, une étude ANSM a été réalisée à partir des bases de données de l’assurance maladie (SNIRAM) [6]. Il s’agit d’une étude observationnelle longitudinale du type exposée (vaccin HPV) / non exposée chez les jeunes filles âgées de 13 à 16 ans entre 2008 et 2012, identifiée et suivie à partir des données des régimes nationaux inter-assurance maladie (SNIIRAM), notamment des données de consommation entre régimes (DCIR) associées aux données d’hospitalisation du Programme des Systèmes d’Information Médicament (PMSI).

Les filles ont été incluses dans la cohorte le 1er janvier 2008 ou à leur 13e anniversaire, selon la date la plus tardive. Ils les ont suivis jusqu’au 31 décembre 2013, soit jusqu’à leur 17e anniversaire.

Toute jeune fille qui a reçu un remplacement pour Gardasil® ou Cervarix® au cours du suivi a été considérée comme exposée. Quatorze maladies pouvant être causées par le processus auto-immun ont été sélectionnées :

  • maladie démyélinisante du système nerveux central et syndrome de Guillain Barré ;
  • affections rhumatismales : lupus localisé ou systémique, vascularite, polyarthrite rhumatoïde, myosite ou dermatomyosite, syndrome de Gougerot-Sjögren ;
  • troubles hématologiques : purpura thrombocytopénique immunologique ;
  • troubles endocriniens : diabète de type 1, thyroïdite, pancréatite ;
  • troubles gastro-intestinaux : maladie inflammatoire chronique de l’intestin, maladie coeliaque.

Cette étude montre l’absence de relation statistique entre la vaccination contre les HPV et l’AID, notamment les maladies démyélinisantes du système nerveux central, dont le risque relatif (dans une étude multidimensionnelle) est de 1,05 (0,79 ; 1,40 p = 0,72. Deux pathologies exception : maladie intestinale inflammatoire chronique, avec un risque relatif significatif : 1,19 (1,02 ; 1,39 p = 0,032) considéré par les auteurs de l’étude comme un artefact probable La deuxième pathologie qui semble associée à la vaccination est le syndrome de Guillain Barré (SGB) avec un risque relatif nettement significatif : 4 (1,84 ; 8,69 p<0,001), représentant 1 à 2 cas supplémentaires de SGB pour 100 000 individus vaccinés.

On sait que toute stimulation du système immunitaire, en particulier une infection, peut déclencher l’apparition du SGB. Un lien possible avec la vaccination a été évoqué, notamment la vaccination antigrippale, qui permet d’augmenter le risque de 1/1 000 000 de personnes vaccinées. [7].

Dans l’ensemble, cette étude à haut débit et d’excellente qualité méthodologique est rassurante en l’absence de lien entre la vaccination contre le VPH et l’IAD, comme l’ont confirmé des études antérieures à ce sujet. Une association avec le SGB, de portée limitée, semble peu probable au vu de cette étude, même si elle n’apparaissait dans aucune des études précédentes, qui n’avaient probablement pas une force suffisante pour le prouver. Cependant, ce lien doit être confirmé par des études ultérieures. À ce jour, une étude (non publiée) menée au Canada n’a pas trouvé de lien entre la vaccination contre le VPH et le SGB.

Référence

  1. Siegrist CA, Lewts EM, Eskola J et al. Immunisation contre le papillomavirus humain chez les adolescents et les jeunes adultes. Une étude de groupe pour illustrer ce qui peut être confondu avec des effets secondaires. Pédiatre Infect Dis J 2007; 26 : 969-74.
  2. Chao C Klein NP, Velicer CM et al. Surveillance des conditions auto-immunes après l’utilisation systématique d’un vaccin quadrivalent contre le papillomavirus humain. J Interne Med, 2012 ; 271 : 193-203.
  3. Scheller NM, Svanström H, Pasternak B et al. Vaccination quadrivalente contre le VPH et risque de sclérose en plaques et d’autres maladies démyélinisantes du système nerveux central. JAMA 2015 ; 313 : 54-61.
  4. Langer-Gould A, Qian L, Tartof SY et al. Les vaccins et le risque de sclérose en plaques et autres maladies démyélinisantes du système nerveux central. JAMA Neurol. 20 octobre 2014
  5. Grimaldi-Bensouda L, Guillemot D, Godeau B et al. Affections auto-immunes et vaccination contre le papillomavirus humain quadrivalent chez les jeunes femmes. J InterMed 2014 ; 275 : 398-408.
  6. ANSM / assurance maladie. Les vaccins contre le VPH et le risque de maladies auto-immunes. Étude pharmacoépidémiologique. Rapport final. Septembre 2015.
  7. Lasky T, et al. Syndrome de Guillain-Barré et vaccins antigrippaux en 1992-1993 et ​​1993-1994. N Engl J Med 1998; 339 : 1797-1802.

Leave a Comment

%d bloggers like this: